École normale supérieure

L’Europe

Leipzig, "la ville perforée"


Ces photographies sont issues du travail de terrain d’un élève du département, Daniel Florentin. Son mémoire de recherche ainsi que ses articles sont consultables dans la rubrique travaux d’élèves : ici. Pour contacter Daniel Florentin, cliquer ici.

Les photographies présentées ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source  et l’URL de cette page avec la date de consultation.

Pour accéder aux photographies et aux commentaires, il suffit de cliquer sur l’image.

Portfolio

(La vacance – côté pratique) :: L'image de la ville perforée, c'est celle de logements vacants (45 000 dans toute la ville), souvent fermés. Image violente d'un accès interdit, signe frappant d'un déclin avéré, en plein milieu de la ville, au milieu des maisons " normales " et pourtant menacées (Les fonds européens et leur usage) :: Le programme Urban II a financé un certain nombre de projets de revitalisation des quartiers Est et Ouest de Leipzig (Leipziger Osten/Leipziger Westen). Entre autres projets, celui d'installations " culturelles ", pour changer les usages du lieu et prendre la perforation urbaine comme une " chance ". Ces installations ne sont cependant que temporaires, dans l'attente (utopique ?) de nouveaux investisseurs. (La vacance – la ville dépeuplée) :: La vacance, ce ne sont pas seulement les immeubles murés, mais ce sont aussi tous ces immeubles partiellement vidés de leur population, pour qui les charges sont souvent plus élevées. Les rares noms de cet interphone sont les révélateurs en creux d'un des symptômes physiques les plus marquants de la ville, ou plus exactement de certains de ses quartiers : la chute démographique (Le champ du millénaire) :: Non loin du centre, ce devait être le nouveau cÅ“ur d'un projet de réhabilitation assez vaste. Sur le site d'une ancienne fabrique d'outils agricoles, on a planté un champ de blé pour le millénaire. Les infrastructures culturelles et des entreprises étaient attendues pour en faire un haut lieu de sociabilité. Le champ a finalement été clos, les immeubles alentours sont vides et souvent menaçant ruines, et seul un dixième des entreprises attendues occupent les bureaux construits à cet effet. (La vacance – expérience postale) :: Au-delà du refus de publicité, les boîtes aux lettres condamnées rappellent le caractère considéré comme presque irrémédiable du départ de certains. Le déclin est ainsi vu comme une spirale violente dont on s'extirpe difficilement (Entre Far West et problématiques de l'Est) :: Plus d'un million de logements sont actuellement vacants en Allemagne de l'Est, et particulièrement dans le Sud Saxon. C'est un peu l'inverse du temps des pionniers : les gens n'arrivent plus, ils partent. Ne restent que les traces d'une grandeur passée, images irréelles d'un âge d'or que les autorités cherchent à retrouver par une politique de marketing agressive. (L'inflation des parkings) :: La perforation urbaine laisse de nombreux espaces libres, en friche. La ville promeut une révolution verte (" mehr Grà¼n, weniger Dichte "). La réalité est souvent autre : le bailleur de la ville construit ainsi de nombreux parkings sur ces terrains où des immeubles ont parfois été détruits. La raison économique l'emporte souvent sur les conditions environnementales, même si la faible affluence nuance la pertinence économique du projet et la contribution à la revalorisation de certains quartiers. (Grà¼nau – le temps des Plattenbauten) :: En marge de la ville, ce gigantesque (capacité de 90 000 habitants) quartier de grands ensembles (Plattenbauten) devait être le symbole de la ville socialiste, à l'opposé du centre considéré par le régime socialiste comme capitaliste. Décrié depuis la réunification comme tous les quartiers de grands ensembles de l'Est de l'Allemagne, il a vu sa population vieillir, diminuer et se paupériser, même si l'image interne de ce quartier très verdoyant et très bien équipé en transports et autres infrastructures est souvent meilleure que l'image extérieure ne le laisse imaginer. (Leipzig pendant l'Euro 2008) :: L'été est l'occasion des fêtes locales, comme ce festival de la bière, en plein Championnat d'Europe de football. Les fans apprécieront le maillot de la coupe du monde 1990, remportée par la RFA emmenée par Lothar Matthà¤us, Jà¼rgen Klinsmann et Rudi Và¶ller (Les compétitions sportives locales) :: Les festivités sportives à caractère ludique sont nombreuses, et notamment la célèbre course en baignoire devant le monument de la bataille des peuples. Moment de sociabilité de la jeunesse de Leipzig et d'ailleurs. (Badewannerennbahn) :: Lors de ces festivités, tout un cérémonial parodique est organisé : Pékin organise les Jeux Olympiques de 2008, qu'à cela ne tienne, une flamme symboliquement olympique est apportée par un prétendu lama. (Les traces du déclin industriel) :: En moins de quatre ans, Leipzig a perdu près de 90% de ses emplois industriels, juste après la chute du mur de Berlin. Ces fermetures massives d'une économie non préparée à la transformation capitaliste et à l'économie concurrentielle ont laissé des traces nombreuses. Les friches transpercent la structure urbaine de la ville, contribuant à créer cette image d'une ville perforée (La ville perforée en acte) :: Certains quartiers comme l'ancienne zone industrielle de Plagwitz-Lindenau portent les stigmates d'un passé industriel qui n'a pas su passer la transition de l'après-chute du mur. Les rues sont ainsi souvent percluses de friches géantes, au milieu d'habitations souvent encore bien habitées. (Disorientierung) :: Dans ces quartiers fortement touchés par les friches et le déclin industriel, des infrastructures alternatives se mettent en place (Les ‘lumières' de la ville – City Tunnel) :: Pour plusieurs centaines de millions d'euros, la ville s'est engagée dans un projet pharaonique, celui d'un tunnel reliant la gare centrale au sud de la ville, et éviter aux trains régionaux de devoir contourner la ville par le Nord. Concrètement, le projet accumule les surcoà »ts, les problèmes de construction, et le paysage urbain est plus celui d'une friche peu amène que le centre névralgique d'un nouveau hub de transport (Neues Rathaus) :: La mairie est un des monuments les plus marquants de la ville. Elle est le symbole d'une politique de marketing dont le but est de jouer sur l'image culturelle de la ville (ville de Bach et de Mendelssohn) et notamment sur son patrimoine architectural, pour contrer la spirale du déclin (Rencontres aéroplanées imprévues) :: En face du champ du millénaire, dans Plagwitz, on se trouve rapidement nez-à -nez avec un avion de l'ancienne RDA, collectionné par un amateur bavarois, et placé au-dessus d'une halle vacante. Démesure et étrangeté. (Và¶lkerschlachtdenkmal) :: Ce monument angoissant vient célébrer la victoire des troupes coalisées contre les armées napoléoniennes lors de la bataille des peuples (passablement passée sous silence dans l'historiographie française). Glorifiant une certaine image guerrière, il fut aussi repris par le régime nazi à son époque comme objet de propagande (Le programme Stadtumbau Ost) :: Pour lutter contre la vacance, le gouvernement Schrà¶der a mis en place dès 2001 un programme de démolition/reconstruction/revalorisation. Dans l'imaginaire collectif, il est cependant davantage associé à un programme de destruction des grands ensembles, jugés responsables de tous les maux, et fait l'objet de dérisions pour dénoncer ce qui est considéré comme un Stadtabriss Ost, négligeant les mesures de revalorisation urbaine. (Immeubles abandonnés et fêtes sauvages – le jour d'après) :: Les immeubles vacants sont aussi un lieu de sociabilité nocturne, l'occasion rêvée pour organiser des fêtes sans risquer les plaintes de voisins pour tapage nocturne. Une scène alternative se met souvent en place dans les quartiers touchés fortement par la vacance, et les fêtes informelles n'y sont pas rares. (Vivre dans un immeuble abandonné) :: À titre expérimental, certaines personnes s'installent dans des immeubles abandonnés ou semi-vacants. L'état de salubrité laisse parfois à désirer, même s'il permet de l'autre côté de tirer les loyers à la baisse et de payer des sommes modiques pour se loger, ce qui justifie l'attrait de ce type de logements pour des groupes précis comme les étudiants. (La ponctualité allemande) :: Pour une minute de retard, la Deutsche Bahn adresse ses excuses à ses clients/usagers (Squats artistiques) :: Dans le quartier de Plagwitz, les anciennes friches industrielles sont parfois reconverties en lieux d'expression artistique, et deviennent même assez recherchées pour la taille des ateliers potentiels dont ils disposent (comme par exemple la Baumwolle Spinnerei, usine de filature de coton). La reconversion par la culture est-elle ici le premier stade vers une gentrification future ? (L'université dans la brume) :: Devant la bibliothèque de l'université, les nuages s'accumulent, la brume apparaît. Il y a quelque chose de puissamment romantique dans cette ville, même dans les zones les plus protégées. (Repas traditionnel…) :: On a bien mangé à Leipzig. Et pas trop de Wurst avec ça.

Contact

Leïla Vignal

Directrice du département
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 31
75014 Paris

leila.vignal@ens.psl.eu

Romain Leconte

Directeur des études
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 33
75014 Paris

romain.leconte@ens.psl.eu

Jean-Etienne Nguimbous

Gestionnaire administratif
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 34
75014 Paris

Tel. : 01 80 52 13 40

jean-etienne.nguimbous@ens.psl.eu

 

 

Plan