Julie Blanck

Post-doctorante au CIENS. 

Thèmes de recherche

  • Sociologie du gouvernement du secteur nucléaire (déchets radioactifs et démantèlement) 
  • Sociologie des risques
  • Sociologie des organisations
  • Sociologie de l’action publique
  • Sociologie des sciences et des techniques

 

 Projet de recherche au sein du CIENS

Déconstruire l’héritage historique de la bombe nucléaire : le démantèlement des installations de production de plutonium.

Le développement de l’armement nucléaire français s’est appuyé sur la création de nombreuses installations scientifiques et industrielles. Pourtant peu de travaux ont porté sur la gestion de l’aval de ces activités. En particulier le démantèlement des installations nucléaires est resté peu publicisé et peu étudié. Pourtant il constitue aujourd’hui un problème environnemental, économique, social et politique essentiel qui risque de fragiliser la légitimité et l’acceptabilité des activités nucléaires dans leur ensemble. Les projets de démantèlement constituent un défi majeur pour les exploitants par leur nature, leur variété, leur complexité, leur coût et leur temporalité. Il s’agit de projets de long terme, pour lesquels il est nécessaire de développer de solutions scientifiques, techniques et organisationnelles spécifiques. Il s’agit de maintenir les compétences et les ressources nécessaires pour gérer de nouveaux risques au sein de dispositifs techniques déstabilisés.

Ce projet de recherche étudie les transformations des activités de démantèlement au sein du CEA, notamment sur les installations historiques de production de plutonium de Marcoule, en situation normale après arrêt des installations. En croisant sociologie de l’action publique, des organisations, des sciences et des techniques, il s’agit d’étudier la définition par les autorités réglementaires et de sûreté d’une nouvelle politique nationale de démantèlement à partir des années 1990 ; puis son appropriation par les dirigeants du CEA, au niveau stratégique ; enfin sa mise en oeuvre opérationnelle et son adaptation sur des projets concrets par des acteurs opérationnels (internes et prestataires).

 

Thèse: Gouverner par le temps. La gestion des déchets radioactifs en France, entre changements organisationnels et construction de solutions techniques irréversibles (1950-2014).

 

Au sein du Centre de Sociologie des Organisations (Sciences-Po/CNRS), Directeur de thèse : Olivier Borraz.

Résumé: En France, le problème des déchets radioactifs a fait l’objet de différentes prises en charge. La gestion de ces déchets a été singularisée et confiée à un opérateur spécialisé, l’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs, l’Andra, créée en 1979 pour stocker ces déchets. Mais l’Andra a rencontré des difficultés pour réaliser des projets de stockage régulièrement contestés. Aujourd’hui encore, alors que son projet de stockage géologique entre en phase de réalisation, elle fait l’objet de critiques, cristallisant des rapports de force traversant l’ensemble du secteur nucléaire. Pour retracer les évolutions de cette gestion depuis les années 1950, l’étude du travail organisationnel permet d’appréhender de l’intérieur comment les agents définissent les problèmes, conçoivent et réalisent des solutions. A travers ce travail stratégique et politique, ils transforment régulièrement l’Agence en fonction du déroulement de ses projets : filiale industrielle du CEA, elle est transformée en agence de recherche finalisée, puis à nouveau en opérateur industriel pour réaliser le stockage géologique. Ces changements permettent aux acteurs de relancer des projets critiqués, sans forcément en modifier le contenu : ce n’est pas l’inertie mais la flexibilité organisationnelle et institutionnelle qui permet d’expliquer le maintien de solutions contestées. Enfin, le problème des déchets cristallise une multiplicité de logiques temporelles. L’analyse du travail de temporalisation de l’action permet d’interroger l’articulation entre changement et verrouillage de l’action publique.

Activités de recherche

Octobre 2018 – août 2019 : Chercheuse postdoctorale à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour sur le projet : « La gouvernance des sous-sols dans la transition écologique : le stockage géologique d’énergie » (gaz et hydrogène) ; sous la direction de Sébastien Chailleux, (Junior Chair sur la politisation des sous-sols de l’i-Site « Energy and Environment Solutions » de l’UPPA).

 

Septembre 2017-Juin 2018 : Post-doctorat inscrit dans le projet COLONUT (Controverse des logos nutritionnels), financé par l’INSERM, sous la direction de Daniel Benamouzig, au sein du CSO (enquête qualitative, analyse du matériau, rédaction).

Publications dans des revues à comité de lecture :

- « Gouverner par le temps : cadrages temporels du problème des déchets radioactifs et construction d’une irréversibilité technique », Gouvernement et Action publique, Mars 2016.

- « Maintenir un projet contesté : le cas du stockage géologique des déchets radioactifs », Entreprises et Histoire, 2019/4 n° 97 | pages 83 à 96.

- Avec Leny Patinaux, « Histoires et mémoires de deux centres de stockage de déchets nucléaires », Socio-anthropologie, 42 | 2020, 39-52.

- « Des dispositifs pluralistes ambigus pour gouverner le stockage des déchets radioactifs et internaliser les critiques », accepté pour publication, Natures Sciences et Sociétés (publication en 2021).

Publications d’ouvrages :

- Livre « Gouverner pour l’éternité. La construction politique de l’irréversibilité des stockages de déchets radioactifs », accepté en 2021 pour publication, aux ENS Editions (Lyon), collection « Gouvernement en question(s) ».

Publications dans des ouvrages collectifs :

- « Chapitre 10. La temporalisation comme travail organisationnel : le cas de la gestion des déchets en radioactifs en France », in Payre, R., Marrel, G., (dir.) (2018), Temporalité(s) politique(s). Le temps dans l’action politique collective, De Boeck Supérieur, Louvain-la-Neuve.

Communications dans des séminaires et conférences :

The transformation of an industrial agency for managing nuclear waste into a scientific and research organization: the case of Andra in France, Mai 2012 (SCORE, Suède, Workshop).

Gouverner le temps long : le rôle de l’Andra dans la gestion des déchets radioactifs, Séminaire doctoral du CSO, Paris, 14, Juin 2013.

Présentation des travaux de recherches lors de la Journée des doctorants de l’Andra, (25 juin 2013). Gouverner le temps long : le rôle de l’Andra dans la gestion des déchets radioactifs.

Crise des temps dans la gestion des déchets radioactifs : les processus de cadrages temporels face à l’irruption et à la politisation du temps long, Workshop Gouverner le temps long, à Sciences Po (mars 2014).

Mutual Influences between a Social Movement and a Specific Organization in France: The Case of the National Radioactive Waste Management Agency (ANDRA)," au world congress 2014 de l’ISA (International Sociological Association) Japon.

Stockage des déchets radioactifs : la science au secours d’une techno-politique, Communication au colloque international de la Society for Social Studies of Science (4S), à Buenos-Aires, Août 2014.

Le Groupe de Travail du Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs : entre confinement et publicisation, un espace intermédiaire de luttes définitionnelles autour d’un problème public. Congrès de l’Association Française de Sociologie de 2015.

« Gouverner par le temps, Cadrages temporels du problème des déchets radioactifs et construction d’une irréversibilité technique”, Séminaire "Logiques du progrès et gestion de ses dégâts", Centre Alexandre Koyré, EHESS, Mars 2016.

 « Gouverner le temps pour construire une irréversibilité technique : cadrages temporels du problème des déchets et changements institutionnels », Workshop « Nucléaire et Sciences Sociales », Cermes3 Février, 2016).

« Gouverner le temps long ; le rôle de l’ANDRA », Journée de conférence L’histoire du nucléaire de la France. Bilan et perspectives, 5 mai 2017, CERI Sciences Po Paris.

« Gouverner par le temps : Cadrages temporels du problème des déchets radioactifs et construction d’une irréversibilité technique » Colloque Temporalité(s) politique(s). Autonomisation et rapport au temps des acteurs publics. 30 novembre, 1er décembre 2017, Sciences Po Lyon.

Participation à la vie scientifique :

Participation aux séminaires « Risques » organisé par Olivier Borraz et Jean-Noël Jouzel au sein du CSO, présentation de comptes rendus de lecture et discussions.

Participation aux colloques du projet CNRS NEEDS Nucléaire, énergie, environnement, déchets, société.

Participation aux séminaires doctoraux hebdomadaires organisés par le CSO.

Organisation du workshop Gouverner le temps long, (Andra, CSO, Sciences Po), mars 2014.

Participation au Séminaire Temps EHESS (M. Bessin, E. Gardella) 2016-2018.

Participation et animation des réunions Alimentation Santé du CSO 2017-2018.

Participation et animation du réseau E2S de l’UPPA avec Sébastien Chailleux et Xavier Arnauld de Sartre : organisation de journées d’études et de conférences.

Enseignements :

2018-2019 : Cours à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)

Cours magistral en sociologie des organisations et sociologie du travail (L3, 18h, 35 élèves)

Travaux dirigés en sociologie des organisations et sociologie du travail (L3, 18h, 35 élèves)

Cours de méthodologie qualitative et encadrement d’enquêtes (M1,10h, 10 élèves). 

2017-2018 : Cours magistral en sociologie des organisations (L3, 24h, 40 élèves) Paris IV.

2015-2017 : ATER Assistante Temporaire d’Enseignement et de Recherche à temps plein à l’Université Paris IV :

- Cours magistral de Sociologie des sciences et du travail scientifique (L1, 24h, 150 étudiant ; L2, 24h, 90 étudiants).

- Cours magistral de Sociologie des organisations (L3, 24h, 35 étudiants).

- Cours magistral de Sociologie des risques (L3, 24h, 35 étudiants)

- Travaux dirigés de sociologie américaine depuis 1950 (L2, 2 groupes, 24h, 30 étudiants)

- Séminaire de professionnalisation (M2, 12h)

- Cours magistral de Sociologie de l’action publique (L1, 24h, 150 étudiants ; L2, 24h, 90 étudiants)

2014-2015 : Chargée de Conférence, « Introduction à la Sociologie », 1ère année du Collège Universitaire, Sciences Po Paris. (2 groupes, 24h).

2013-2015 : Assistante d’enseignement pour le cours "Théories des organisations" de H. Bergeron (masters, Sciences Po Paris, 24h, 90 étudiants).

2012-2013 : Assistante d’enseignement pour le cours "Grands enjeux scientifiques au début du XXIème siècle", J.-Y. Le Déaut, A.-Y. Le Dain (2ème année, Sciences Po Paris, 24h, 80 étudiants).

2011-2012 : Chargée de Travaux Dirigés « Connaissance des Organisations » à l’Université de Paris-Est Créteil en L2. Etudes de cas (12h, 3 groupes de 25 étudiants).