Journée d’études 2011

« "Espèces d’espaces" : entre géographie, arts et littérature »

Journée d’études, jeudi 3 mars 2011, de 9h à 18h, salle des Actes

Eloïse Libourel, Benjamin Capellari, Elisabeth Souny

 

Dans toutes les disciplines, l’étude de l’espace a connu une transformation profonde et durable, notamment depuis ce que l’on a appelé le Spatial Turn. Espace, sens du lieu, cartographie et imaginations géographiques sont devenus des sujets communs dans une variété de champs d’analyse. Bien que cette transformation ait conduit, en particulier, à une renaissance de la géographie humaine, elle s’est également manifestée dans les humanités, la littérature, les sciences sociales et les arts. Le but de cette journée d’études est donc d’explorer la façon dont l’espace est analysé, exploré et représenté par un ensemble de disciplines, en interrogeant ce que l’interdisciplinarité peut apporter à la compréhension de ce dernier.

La journée d’études comprendra l’intervention de chercheurs et artistes, provenant de divers horizons disciplinaires, qui interrogeront ce que leurs différentes disciplines nous disent de l’espace, comment les productions littéraires et artistiques se l’approprient, le transforment, participent à son élaboration, et comment la géographie permet de comprendre cette relation multiforme.

Le premier volet de la journée présentera les résultats d’une réflexion qui entend montrer que l’étude des espaces n’est pas le propre de certaines périodes, ni de certains mouvements littéraires. De la rhétorique grecque à la représentation de Paris au début du vingtième siècle, ces premières interventions permettront de mesurer en quoi les productions artistiques émanant de cultures géographiques parfois jugés « périphériques » permettent d’accéder à la diversification des espaces, voire au « bousculement des frontières ».

Le deuxième volet de la journée verra un duo formé par un géographe, Jean-Louis Tissier, et un littéraire, Michel Murat, autour de l’œuvre de Julien Gracq. Ce dialogue sera l’occasion de mesurer l’imprégnation géographique du romancier ou comment son œuvre se situe au croisement d’un sens très personnel des lieux et d’une construction sociale au long cours.
Enfin, la journée se terminera sur une perspective contemporaine grâce à l’intervention d’Anne Hertzog, et à la table ronde organisée par Émilie Bouvard. Historiennes de l’art et artistes réfléchiront à l’émergence de la parole créatrice à partir de l’exploration de l’espace, ainsi qu’à sa mise en scène muséographique.

Programme

Matinée (9h-12h30) :


- Estelle Oudot (ENS) : « Usages de la géographie dans la rhétorique grecque sous l’Empire : Rome face à Athènes »

- Claude Kergomard (ENS) : « Érudition géographique et imaginaires du Pôle dans les Voyages et aventures du capitaine Hatteras »

- Amy Wells (Université de Limoges) : « Genre et langage géographique intertextuel : Regards croisés sur les géographies littéraires parisiennes, entres écrivaines françaises et écrivaines anglo-américaines (1900-1950) »

- Julien Mallet (IRD) : « Le tsapiky de Madagascar : réflexions autour d’une "jeune musique" qui marque les espaces et bouscule les frontières. »
 
Après-midi (14h-18h) :

- Michel Murat (ENS-Paris IV): « "Tout cela se passait dans des temps très anciens" :Julien Gracq et les mutations du monde rural »

- Jean-Louis Tissier (Paris I) : « Julien Gracq et "la beauté presque géodésique" »

- Anne Hertzog (Université de Cergy-Pontoise) : « La venue au musée d’art contemporain. Un regard de géographe »

- Émilie Bouvard (Paris I) et invités : « Géographie et art contemporain, de la carte au territoire ». Table ronde et discussion

Mots-clés
espace, géographie, littérature, arts, représentation, description, épistémologie.

Pour télécharger l’affiche, cliquez ici.