Culture et politique dans les principautés du golfe Persique : Qatar, Émirats arabes unis, Bahreïn et Koweït

Cours magistral assuré par Alexandre Kazerouni, maître de conférences en sociologie politique à l’École normale supérieure, Département Géographie et Territoires

1er semestre, 22h, 6 crédits (ECTS)

 

L’année 2022 est une étape importante dans l’histoire déjà longue de l’association du Qatar et des Émirats arabes unis à des marques culturelles internationales. Du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022, l’Exposition universelle s’est déroulée à Doubaï, sous l’égide d’Abou Dabi. Et du 21 novembre au 18 décembre, devrait se dérouler au Qatar la 22ème édition de la Coupe du monde de football. 

Depuis les années 1990, le poids de ces deux États dans la structuration et les représentations de l’espace mondial s’est diversifié. D’économique, via les hydrocarbures, il est devenu également politique et culturel. Le Qatar et Abou Dabi ont en effet joué un rôle majeur dans le devenir des « révolutions » arabes de 2011, que ce soit pour les accompagner, ou pour y mettre fin. Au niveau culturel, une des formes les plus spectaculaires prises par leur insertion dans le cercle des acteurs majeurs des relations internationales a été le musée. Du Musée d’art islamique de Doha inauguré en 2008 au Louvre Abou Dabi ouvert en 2017, le Qatar et les Émirats arabes unis ont fait de la rive sud du golfe Persique l’un des nœuds majeurs de la géographie mondiale du marché de l’art et des musées. 

Si la description des lieux et des moments culturels est le point de départ de l’analyse dans ce cours, son objectif est l’étude du pouvoir. Et si cette sociologie politique de la culture accorde une place à l’échelle internationale du politique, son ambition première est de renouveler la sociologie politique des États en question. Comment comprendre la place grandissante du Qatar et d’Abou Dabi, mais aussi des musées, des stades et des universités dans l’espace mondial depuis la fin de la guerre froide ? Et que nous disent ces projets de la vie politique intérieure de ces entités politiques devenues si visibles sur la scène internationale, mais dont le fonctionnement politique intérieur reste encore trop méconnu ? 

Si le Qatar et Abou Dhabi sont au cœur de cet enseignement, son domaine d’étude géographique sera étendu au Koweït et au Bahreïn, dans le cadre d’une démarche de politiques comparées. Par ailleurs, si l’accent sera mis sur les transformations de ces États depuis les années 1990, la compréhension des phénomènes les plus récents nécessitera des mises en perspectives historiques pouvant remonter au XVIIIe siècle, lorsque suite à l’effondrement de l’empire safavide, la géographie politique de la péninsule arabique a commencé à prendre sa forme actuelle, bien avant l’ère pétrolière. 

 

Mode de validation du cours :

Assiduité et participation en cours (20 %), fiche de lecture (40 %), exposé en classe (40 %).

Lieu et dates : le mardi de 14h à 16h, au campus Panthéon, rue d’Ulm, du 20 septembre 2022 au 6 décembre au 2022. La salle sera précisée aux inscrits en septembre 2022.

Ce cours permet de valider la mineure Géopolitique et Diplomatie (Département Géographie et Territoires), et la mineure Langues et Cultures du monde arabe (ECLA).

Inscriptions (ouvertes jusqu’à la deuxième séance) et informations : alexandre.kazerouni@ens.psl.eu