École normale supérieure

L’Europe

Rotterdam


Les photographies présentées ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source et l’URL de cette page avec la date de consultation.

Pour accéder aux photographies et aux commentaires, il suffit de cliquer sur l’image.

Portfolio

(Rotterdam) :: Rotterdam, deuxième ville de Hollande, appartient à la Randstadt Holland, conurbation d'environ 7 millions d'habitants qui regroupe, outre Rotterdam, Amsterdam, Utrecht, Dordrecht, La Haye, Haarlem. La ville a été entièrement rasée par les bombardements de la seconde guerre mondiale. Actuellement, elle connaît un rapide mouvement de métropolisation. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Musée Boijmans van Beuningen) :: La cour du Musée Boijmans van Beuningen date de 1847. Aujourd'hui, il abrite d'importantes collections anciennes et modernes. Le sol de la cour dessine des arabesques noires et blanches, symboles du musée. La métropolisation passe ainsi aussi par la culture. © Éloïse Libourel, 2011 (port) :: La ville occupe une situation stratégique : à l'embouchure du Rhin et de la Meuse, proche du Pas de Calais, c'est le débouché portuaire de la mégalopole européenne. Son port est ainsi le 1er port européen, le 3e port mondial derrière Singapour et Shangai. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Port) :: Les infrastructures portuaires s'étendent sur près de quarante kilomètres. Le port de Rotterdam date du XIVe siècle, mais le développement portuaire date de l'après guerre. Il s'est effectué le long de la nouvelle Meuse, bras du delta formé par le Rhin et la Meuse. À mesure que le port glisse vers l'aval, les bassins abandonnés sont reconvertis : au premier plan, une opération très classique de reconversion des water fronts. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Métropole) :: L'architecture d'avant garde est au fondement des projets de renouvellement urbain et de reconversion des friches portuaires. Dans le quartier de Kop van Zuid, ancien port de départ des grands transatlantiques, Renzo Piano et Peter Wilson ont apposé leur marque dans les années 2000.© Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Ville et port) :: La ville est le port sont intiment liées, imbriquées. Sur la photographie, on voit une écluse qui permet aux péniches de rejoindre un système très complexe et très dense de canaux, qui relie le port à son hinterland européen, Hollande bien sà »r, mais aussi l'Europe du nord et la dorsale. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Gare) :: Le programme de rénovation urbaine Rotterdam Centraal. redessine les alentours de la gare pour accueillir un important quartier d'affaires, dont les premiers gratte-ciel sont récemment sortis de terre (en haut). © Éloïse Libourel, 2011 (écluse) :: Rotterdam est traversée de nombreux canaux. Ceux-ci se jettent dans les darses de l'ancien port commercial. Leur niveau est régulé par des écluses aux formes arrondies qui permettent l'écoulement des canaux vers la mer et interdisent la remontée des eaux du port vers la ville. © Éloïse Libourel, 2011 (Darses) :: À proximité immédiate du centre ville, les darses du premier port de commerce de Rotterdam n'accueillent plus que quelques petits voiliers de plaisance et quelques hors-bords. Bombardées durant la deuxième guerre mondiale, ces darses sont encore bordées d'immeubles anciens (photo de gauche), mais ont aussi été largement reconstruites (photo de droite). © Éloïse Libourel, 2011 (Port) :: Le port est composé de plusieurs ensembles : le vieux port, ou port historique, avec le Delfshaven ; le complexe Maashaven/Rijnhaven/Feijenoord ; l'Europort, etc. Nieuwe Waterweg et Scheur sont les prolongements du Nieuwe Maas. Le port continue à s'étendre vers la zone du Maasvlakte, mais les projets d'extension sont aujourd'hui remis en question à cause des impacts environnementaux qu'ils entraînent. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (port) :: Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Rotterdam devient le port de l'axe Rhénan, jusqu'à Bâle. Le Nieuwe Waterweg, large canal, permet de relier le Rhin et la Meuse à la mer. À la fin des années 1950, la construction de l'Europort permet à Rotterdam d'affirmer sa fonction de port pétrolier tandis que dans les années 1960, un projet d'aménagement de la Maasvlakte prévoit l'implantation de sidérurgie sur l'eau. Le projet est abandonné à cause de l'opposition des écologistes. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (hydrocarbures) :: Rotterdam est le premier port européen pour les hydrocarbures. Plus de 12,5% de la capacité de raffinage de l'Europe dépendent de lui. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Raffineries) :: Le port possède cinq raffineries et en alimente cinq autres en Belgique et en Allemagne. Deux pipeline le relient, l'un à Cologne et Gelsenkirchen, l'autre à Anvers. © Eloïse Libourel, 2011 (hydrocarbures) :: Les entrées de brut représentent 100 Mt, soit 63% des entrées de la Northern Range. Ce brut est ensuite traité dans plusieurs complexes pétrochimiques. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (hydrocarbures) :: Le port est alimenté par des tankers (sur la photographie). C'est le seul port d'Europe avec le Havre à pouvoir accueillir des super tankers, qui peuvent transporter 400000 tonnes. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (hydrocarbures) :: Dans l'Europort, les cuves de stockage d'hydrocarbures s'étendent à perte de vue le long du canal. Chaque terminal est attribué à un opérateur (ici Vopak, compagnie néerlandaise créée en 1999). © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (17.hydrocarbures) :: L'évolution du trafic tient désormais à l'augmentation des entrées et sorties de produit raffinés. Le port accueille depuis quelques années des bio-carburant. Le trafic GNL devrait débuter en 2011 avec un nouveau terminal à la Maasvlakte 1. Sur la photographie, on voit des cuves en construction. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (hydrocarbures) :: Les activités liées aux hydrocarbures sont des activités à risques. Ceux-ci sont d'autant plus importants que la zone portuaire est soumise à des inondations. Les plans Delta et Delta 2 sont de grands plans de protection visant à protéger la Hollande des incursions de la mer. Rotterdam est concerné au premier chef. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Radoub) :: Le port de Rotterdam offre de nombreuses activités annexes, dont des activités de services. Dans les bassins de radoub, on répare les bateaux. Damen Shiprepair Rotterdam BV (DSR) s'occupe par exemple de la maintenance et de la réparation de navires. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Cales sèches) :: D'autres entreprises s'occupent de réparation. Les cales-sèches (sur la photographie), permettent de mettre le navire hors d'eau le temps de l'entretien ou de la réparation. Damen Shiprepair Rotterdam BV (DSR) en possède huit.© Éloïse Libourel, 2011 (Hamburg Sà¼d) :: Le "Rio de la Plata" fait partie d'une série de 6 navires (la série des "rios") construits entre 2007 et 2009 pour la compagnie allemande Hamburg Sà¼d. Il s'agit d'un des plus gros porte-conteneurs au monde, avec une longueur de 286m, une capacité de 5552 EVP (équivalent vingt pieds), pour un tirant d'eau de 13,5m. © Éloïse Libourel, 2011 (Jus de fruit) :: Le Port de Rotterdam possède aussi des terminaux fruitiers (en particulier pour les fruits tropicaux). On y a développé une activité industrielle agro-alimentaire. Ici, le terminal fruitier avec une usine de fabrication de jus de fruits. L'entreprise produit et distribue quotidiennement des jus et des smoothies extra frais pressés sur tous les marchés européens. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Terminaux) :: D'autres terminaux sont réservés aux vracs solides. Les terminaux minéraliers reçoivent par exemple le charbon qui va ensuite alimenter les centrales thermiques allemandes ou celles présentes sur le site portuaire. Le fer et le charbon à coke sont destinés aux aciéries, en particulier celles de la zone industrialo-portuaire qui jouxte les bassins de l'europort.© Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Ferraille) :: Un bassin est consacré au recyclage des ferrailles. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Silos) :: Les terminaux céréaliers sont facilement reconnaissables avec les immenses silos. Les vracs agricoles s'élevaient à 8,3 Mt en 2010, avec des activités liées à la chimie (huiles) et aux bio-carburants (maïs, soja). Les flux de palme sont une part importante de l'activité. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Maersk) :: Plate-forme de forage Maersk. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Porte-conteneur) :: Un porte-conteneur est un navire servant au transports des conteneurs, caissons métalliques standardisés selon des normes internationales (20, 30 et 40 pieds). La majorité des porte-conteneurs actuels transportent entre 500 et 3 000 conteneurs, pour une longueur comprise entre 100 et 200 mètres. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Terminal) :: Rotterdam est le premier port européen pour la conteneurisation. Le tirant d'eau étant profond grâce à un marnage de plus de 16,5 mètres, l'accès maritime est rapide. De plus, le port disposait de vastes surfaces (la plaine de la Meuse notamment). De nombreux manutentionnaires internationaux sont présents : Maersk, compagnie néerlandaise emblématique de la mondialisation du trafic maritime, DPW, CMA-CGM, etc. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Porte-conteneur) :: Le trafic de Rotterdam en 2010 s'élevait à 11,15 M d'EVP (équivalent vingt pieds) dont 20% de vides, avec 2/3 de trafics océaniques et 1/3 de régionaux. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Portiques) :: Le chargement et le déchargement des navires se fait grâce à des portiques. Selon la taille du porte-conteneurs, le nombre de portiques travaillant simultanément varie de 1 à 7. Ici, une séquence de chargement montre comment un conteneur est déplacé : il est toujours maintenu à plat, monté puis avancé, avant d'être redescendu sur le navire. Son positionnement très précis se fait grâce à un système de localisation par puces électroniques. © Eloïse Libourel, 2011 (Déchargement) :: Les activités de chargement/déchargement sont de plus en plus automatisées. Le transbordement représente 20% de l'activité. Grâce à des guides au sol, des machines "sans hommes" prennent en charge les conteneurs. Ceux-ci sont stockés, puis envoyés dans toute l'Europe soit par la route, soit par le rail, soit par les canaux. L'important trafic de camions génère une pollution massive pour la ville. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Péniches) :: Sur le canal principal, de nombreuses péniches permettent la circulation des marchandises. Lorsque la péniche est pleine (à droite), la ligne d'eau s'enfonce (contrairement à la péniche de gauche qui est vide). En arrière, l'architecture futuriste du water front.© Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Pompage) :: Dans le port, il est fréquemment nécessaire de faire des travaux de drainage, qui sont assurés par des navires spécialisés. Mais pour les petits travaux d'entretiens, des péniches peuvent être utilisées. Elles permettent d'enlever l'excédent de sable qui s'accumule à la jonction de deux canaux. © Eloïse Libourel, 2011 (Remorqueur) :: Les très gros navires sont guidés par des remorqueurs, tels ce tanker sur la photographie. © Magali Reghezza-Zitt, 2011 (Un grand port) :: Le trafic dans le port est intense. Sur la photographie, on voit un porte-conteneur, deux tankers et en arrière, les grues. © Magali Reghezza-Zitt, 2011

Contact

Leïla Vignal

Directrice du département
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 31
75014 Paris

leila.vignal@ens.psl.eu

Romain Leconte

Directeur des études
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 33
75014 Paris

romain.leconte@ens.psl.eu

Jean-Etienne Nguimbous

Gestionnaire administratif
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 34
75014 Paris

Tel. : 01 80 52 13 40

jean-etienne.nguimbous@ens.psl.eu

 

 

Plan