Les nouveaux acteurs de la géopolitique

Responsable : Daniel Schlosser
Séminaire de géopolitique / Paris 1 – ENS
S1 - 3 crédits

Ce séminaire de géopolitique commun à l’ENS et à Paris 1 sera consacré aux nouveaux acteurs de la géopolitique. Il sera à nouveau organisé autour de conférences et de tables rondes animées avec les étudiants et des restitutions qui serviront également à l’évaluation du séminaire.

Présentation

Depuis quelques décennies, de nouveaux groupes non étatiques développent des capacités d’influence croissante sur des territoires divers en se fondant sur des valeurs communes, des motivations partagées ou des intérêts spécifiques. Parmi les nouveaux acteurs visés, nous aborderons les organisations internationales, les ONG, les collectivités territoriales, les universités, les entreprises ainsi que les dispositifs de gestion internationale des crises.

Si les acteurs présentés ne sont pas nouveaux dans le sens où ils seraient nés récemment, , on peut observer que du point de vue de la géopolitique, leur capacité d’influence s’est accrue considérablement, autant en terme de territoire - géographique ou symbolique - que d’efficacité, voire de puissance.

En France, la décentralisation engagée depuis une trentaine d’années a conféré aux collectivités une plus grande latitude dans l’action internationale et donné accès à des moyens spécifiques pour la coopération internationale, notamment dans le champ de l’aide au développement. Les lois ont évolué régulièrement depuis la mise en place de la décentralisation en 1982, à la fois pour s’adapter à l’appétence, au savoir-faire et à l’engagement des collectivités dans le champ de l’international et pour légaliser - tout en précisant les limites - l’étendue nouvelle de leurs champs d’intervention.

Les organisations multilatérales apportent une légitimation aux actions de communautés circonstancielles d’états constituées à l’occasion de crises ou de catastrophes et servent par la même occasion d’instruments à la disposition de ces états pour les interventions internationales. Leur légitimité intrinsèque ajoutée au degré croissant de délégation dont ils bénéficient de la part des états les prédisposent à une forme d’autonomie qui leur confère finalement le caractère d’acteurs géopolitiques à part entière. Disposant de budgets conséquents mis à disposition par les états donateurs, elles possèdent une capacité substantielle d’action et d’influence dans le champ du développement et de l’aide internationale.

Grâce aux financements de diverses origines dont elles bénéficient (fonds d’état ou multilatéraux, générosité publique, collectivités) et surtout, grâce aux compétences indispensables qu’elles ont développées, les ONG, aujourd’hui innombrables et mues par des motivations diverses, ont réussi à devenir des opérateurs délégués des états pour l’action internationale, pour l’aide post crises et post catastrophe ou l’aide classique au développement.

Les entreprises, qui orientent en partie la responsabilité sociale vers le soutien d’actions menées à l’international par des acteurs non étatiques, se profilent en acteurs géopolitiques dont le champ d’intervention dépasse celui, plus classique, de l’économie et de l’emploi.

Les questions suivantes seront posées à l’occasion du séminaire. Comment agissent les nouveaux acteurs de la géopolitique ? Quels sont les déclencheurs d’une action de portée géopolitique ? Quelles sont les motivations des intervenants sur les théâtres du développement et des actions post crises ? Quelles sont les valeurs qui sous-tendent les interventions internationales ? Quelles nouvelles relations de pouvoir résultent de la réorganisation du tissu complexe des acteurs ? Quelles souverainetés subsistent, quels acteurs l’exercent et sur quels territoires ?

Programme

Deux cours introductifs de M. Schlosser permettront de tracer les contours de la problématique des nouveaux acteurs de la géopolitique. La suite du séminaire consistera en une série de tables rondes thématiques avec des personnalités invitées, animées avec la participation – sanctionnée par une validation – des étudiants :

  • L’action extérieure des collectivités avec la Délégation à l’action extérieure des collectivités du Quai d’Orsay, Cités unies France, des élus de grandes collectivités chargés des relations internationales, des diplomates ;
  • Entreprises et géopolitique avec des représentants de grandes entreprises stratégiques, du MEDEF international, de la CGPME, de la Direction de l’Economie internationale du Quai d’Orsay et de représentations patronales étrangères ;
  • La gestion internationale des crises et la géopolitique des organisations multilatérales avec M. Pierre Duquesne, ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de l’OCDE, ancien ambassadeur chargé des questions économiques de reconstruction et de développement, ancien administrateur de la France à la Banque mondiale et au FMI ; des représentants du MAE (Direction des organisations internationales, délégation aux fonctionnaires internationaux) ;
  • Le Centre de crises et l’action de la France à l’international dans les situations d’urgence avec des représentants du Centre de Crises du Quai d’Orsay et des ONG urgentistes ;
  • L’action internationale des universités françaises, avec des représentants du MESR, du MAE (DGM), de la Conférence des présidents d’universités (CPU) et de responsables des relations internationales d’universités ;
  • ONG et géopolitique, avec des représentants de grandes ONG françaises (Croix Rouge, MSF, MdM, Handicap international,…) et des collectifs d’ONG (Solidarités International, Collectif Sud, …), le MAE (Centre de Crises, Direction des relations avec la société civile) et le Service civique. Un ancien ministre malien, observateur de premier rang de l’action des ONG dans la reconstruction du Mali après la crise de 2012, sera le « grand témoin » de cette table ronde.
  • La gestion des crises et la coopération civilo-militaire, avec des acteurs de la CIMIC (Civilo Military Cooperation).

 

Modalités

La conduite du séminaire reposera sur une préparation des tables rondes par un groupe d’étudiants (un groupe différent pour chaque table ronde – chaque étudiant devra avoir participé à cet exercice à la fin du séminaire) qui animera les débats sous la direction de M. Schlosser.

Chaque table ronde sera suivie d’une séance de 2h au cours de laquelle le groupe responsable de la table ronde fera un exposé de 15-20 min et l’exploitation géopolitique sera élaborée collectivement sous la direction de M. Schlosser.

Dates et horaires

Les cours auront lieu le mardi de 18h à 20h en alternance avec les cours de P.Boulanger en salle Dussane.

Cours introductif, mardi 20 septembre, 18h – 20h, 29 Rue d’Ulm, 75005 Paris. Le calendrier joint ci-dessous sera expliqué lors du premier cours. Il reste indicatif et il conviendra de consulter régulièrement le site pour suivre son évolution.

documents joints