Histoire de la dissuasion nucléaire

 

Séminaire Histoire de la dissuasion nucléaire

Enseignant : Dominique Mongin

En raison du contexte sanitaire, la préinscription est obligatoire avant le 17 septembre sur le lien  :https://framaforms.org/formulaire-de-pre-inscription-aux-cours-du-departement-geographie-et-territoires-1599657448

Ce cours proposé par le Centre interdisciplinaire d’études sur le nucléaire et la stratégie (CIENS) est animé par Dominique Mongin (CIENS, INALCO). Il comprend deux volets : au premier semestre, un format "cours" et au deuxième semestre un format "atelier de recherche". 

Il compte pour la mineure géopolitique et relations internationales. Il est commun au Master 2 « Relations internationales » de l’INALCO, au Master ENS/Paris 1 Géopolitique et au Master PSL Peace Studies.

 

Format

  • Au premier semestre, il est prévu dix séances de cours hebdomadaires le mardi de 17h00 à 19h00, à partir du 22 septembre, plus une séance facultative (de bilan) le 15 décembre.

è Validation de 6 crédits ECTS[1].

  • Au second semestre, cinq séances de type « atelier de recherche » permettront de faire le point sur une thématique donnée, en associant chercheurs et grands témoins, à raison d’une séance mensuelle (le calendrier sera diffusé ultérieurement).

è Validation de 3 crédits ECTS.

  • Chaque séance de ce séminaire est ouverte à tous les étudiants intéressés, ainsi qu’aux chercheurs, sous réserve de s’inscrire préalablement (cf. organisation administrative ci-dessous) et de respecter les règles sanitaires en vigueur.

 

Objectif

Comment les découvertes initiales dans le domaine de l’énergie atomique ont-elles pu se concrétiser des décennies plus tard par des armements d’une puissance inconnue jusque-là ? Comment est-on passé d’une arme « super-conventionnelle » à une arme « politique », dont l’objectif est d’inhiber un agresseur potentiel de passer à l’acte, de le « dissuader » ? Que recouvre historiquement la notion d’arme de « non-emploi » ? Quels ont été les défis posés par la dissémination des armes nucléaires dans le monde et par le régime de non-prolifération ? Quid de la réalité du désarmement nucléaire ? Peut-on dresser une typologie des « crises nucléaires » ? La dissuasion nucléaire a-t-elle été opérante pendant la Guerre froide ? Comment cette histoire est-elle écrite ? Autant de questions, parmi d’autres, qui seront traitées dans ce séminaire.

L’objectif de ce séminaire est de mettre en perspective l’histoire de la dissuasion nucléaire sur le plan des relations internationales, des origines à nos jours. Cela impliquera de dater et définir le concept de « dissuasion » et d’étudier son apport aux politiques de défense et de sécurité depuis maintenant plus de sept décennies. Pour ce faire, ce séminaire s’efforcera de mettre en exergue la révolution scientifique, technologique - mais surtout stratégique et politique - induite par le développement des applications militaires de l’énergie atomique. La dimension didactique de ce séminaire se manifestera en suivant un découpage à la fois chronologique et thématique, en mettant en exergue les faits et les principaux acteurs, en faisant état des recherches historiques les plus récentes.

 

Déroulé du séminaire

Séance 1 : La genèse du nucléaire militaire

1) Les découvertes fondatrices de l’énergie atomique

2) La reconnaissance internationale de ces découvertes

3) L’influence du pouvoir scientifique français

Séances 2 et 3 : Une arme d’emploi

1) La course de vitesse atomique pendant la Seconde Guerre mondiale

2) Causes et conséquences des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki

3) Le rôle attribué aux armes nucléaires au début de la Guerre froide

Séances 4 et 5 : Une arme de « non-emploi »

1) La formalisation de la stratégie de dissuasion nucléaire

2) Le paradoxe de la course aux armements

3) Les dérives de la « dissuasion offensive »

Séance 6 : Une arme politique d’« autonomie stratégique »

1) L’accès au rang de puissance nucléaire « secondaire »

2) La dissuasion nucléaire élargie

3) La question du partage des « intérêts vitaux »

Séance 7 : Les « crises nucléaires »

1) Une crise emblématique : Cuba, base avancée soviétique en Amérique

2) Typologie des crises nucléaires dans le monde

3) Mise en situation : crise de Cuba et Renseignement

Séance 8 : Les défis de la dissémination / non-prolifération

1) La fermeture du Club nucléaire

2) Succès et échecs des dynamiques de non-dissémination

3) La remise en cause du régime de non-prolifération

Séance 9 : Maîtrise des armements / Réarmement nucléaire

1) Le concept d’Arms Control

2) Les politiques de désarmement

3) Le réarmement nucléaire

Séance 10 : Construire / déconstruire l’histoire du nucléaire militaire

1) Pourquoi et comment écrit-on cette histoire ?

2) Vers l’émergence d’une Cancel Culture ?

3) Appropriations et représentations dans le champ culturel

Séance 11 (facultative) : séance Bilan

Modalités de l’évaluation

  • Au premier semestre, la présence régulière des étudiants au cours est requise : l’absence non justifiée à plus de deux séances entraînera la non-validation. La note moyenne sur 20, qui conditionne l’obtention des crédits ECTS attribuée à chaque étudiant, sera calculée à partir des exercices suivants :
  1. La réalisation d’une fiche de lecture. Cette fiche de lecture (d’un article ou d’un ouvrage) sera à rendre impérativement au plus tard le 17 novembre.

v L’article ou l’ouvrage devra être choisi et proposé par l’étudiant, en concertation avec l’enseignant (le choix d’un texte universitaire pertinent et écrit dans une langue autre que le français ou l’anglais sera tout à fait bienvenu et valorisé) ;

v Chaque étudiant devra rendre un support écrit de deux pages maximums.

  1. La réalisation d’un exercice de mise en situation, sous forme d’une note fictive à l’attention d’un décideur politique. Cet exercice nécessitera un travail de préparation en amont (recherche documentaire, respect des contraintes formelles relatives à la rédaction d’une note, etc.), dont l’enseignant tiendra compte en évaluant le travail final. Un éclairage méthodologique sur cet exercice aura été apporté au préalable par l’enseignant. Cette note sera à rendre impérativement le 24 novembre.

v Chaque étudiant devra rendre un support écrit de deux pages maximums.

  • Au deuxième semestre, il est demandé aux étudiants concernés de rendre un mini-mémoire, d’une quinzaine de pages, sur une thématique à définir en concertation avec l’enseignant

Organisation administrative et sanitaire

  • L’ensemble de ces séances ont lieu au 48 boulevard Jourdan, salle R2-05
  • Eu égard aux conséquences de la pandémie Covid-19, tous les étudiants ne pourront pas être physiquement présents en salle ; celle-ci verra ses effectifs limités à 13 personnes. Par conséquent, un roulement sera organisé afin que tous les étudiants puissent rencontrer l’enseignant  ; ceux qui ne pourront pas être présents pourront bien évidemment suivre le cours sous forme de vidéoconférence.

 

  • L’interface administrative avec le CIENS - et notamment l’organisation de la venue des étudiants en salle R2-05 et de la liste des invités à la vidéoconférence - sera assurée tout au long de l’année universitaire par la chercheure postdoc Julie Blanck, joignable à l’adresse suivante : julieblanck@gmail.com

 

Notice biographique de l’enseignant

Dominique Mongin est docteur en histoire (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) ; sa thèse, soutenue en 1991 sous la direction du Professeur Maurice Vaïsse, était intitulée : « La genèse de l’armement nucléaire français (1945-1958) ».

Il a travaillé successivement au Ministère de la Défense (Cabinet du Ministre, Centre des hautes études de l’armement), à l’Autorité de régulation des télécommunications, ainsi qu’au sein du service du Premier Ministre en charge des questions de défense et de sécurité nationale (SGDSN), avant de devenir rapporteur à la Commission du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008. Depuis plusieurs années, il enseigne à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et à l’Ecole Normale Supérieure (ENS-Ulm).

Bibliographie sommaire 

  • « Histoire des forces nucléaires françaises depuis 1945 », co-écrit avec Marcel Duval, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?, 1993
  • « La bombe atomique française 1945-1958 », éditions Bruylant / LGDJ, 1997
  • « Les cinquante discours qui ont marqué la Seconde Guerre mondiale », éditions André Versaille, 2010, réédité en 2019 chez Archipoche
  •  « Crises et conflits au XXème siècle », éditions Armand Colin, 2014
  • « La Direction des applications militaires (CEA/DAM) au cœur de la dissuasion nucléaire française – De l’ère des pionniers au programme Simulation », CEA, 2016, réédité en 2020
  • « Résistance et Dissuasion – Des origines du programme nucléaire français à nos jours », co-dirigé avec Céline Jurgensen, éditions Odile Jacob, 2018
  • « Dissuasion et Simulation – De la fin des essais nucléaires français au programme Simulation », éditions Odile Jacob, 2018


[1] Le nombre d’ECTS indiqué ici concerne uniquement les élèves de l’ENS. Pour les étudiants des autres Universités, le système est différent et dépend de la maquette des enseignements de tel ou tel cursus.

La présentation complète du cours est disponible au format PDF ci-dessous.

documents joints