Archives - Présentation

Responsables : Cynthia Ghorra-Gobin, Magali Reghezza-Zitt

Descriptif

Le séminaire de recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux du séminaire VAAM, villes anglo-américaines et mondialisations. Il ouvre un cycle de conférences et de travaux de deux ans. Ce séminaire s’inscrit également dans la perspective dessinée par le Dictionnaire critique de la mondialisation.

Le terme de « mondialisations » fait référence à une multitude de processus ayant leurs propres temporalités et susceptibles d’être regroupés dans trois catégories bien distinctes pour les besoins de l’analyse scientifique. Pour notre part, nous distinguerons trois notions :
  1. la mondialisation, qui désigne l’émergence d’une nouvelle échelle pertinente, l’échelle mondiale, pour penser les dynamiques sociales et spatiales, quelles que soient leur nature (géopolitique, migrations et mobilités, villes, agriculture, économie, environnement, etc.). Le monde apparaît désormais comme un système, c’est-à-dire comme un tout, irréductible à la somme des éléments qui le composent (ici les espaces et les sociétés) et qui sont en interactions. L’avènement de cette échelle mondiale se traduit notamment dans l’expression de «village planétaire», qui invite à penser le Monde comme un territoire à part entière, ou encore dans les injonctions au «penser global» du développement durable; elle questionne le rapport au local, aux lieux, aux identités;
  2. la globalisation, qui correspond à la dynamique des échanges transnationaux et des flux matériels et immatériels s’appuyant sur les technologies de communication et d’information et sur le faible coût des transports. Cette globalisation, qui est un moteur de l’interdépendance entre les territoires, est étroitement liée à l’évolution du capitalisme financier dont elle représente une ultime phase ; elle interroge le rôle et les cadres traditionnels des États-nations.
  3. la planétarisation, qui renvoie à la prise de conscience de l’unité de la planète en tant qu’entité physique, suite notamment à la mise en évidences des changements climatiques et de leurs conséquences, et de la finitude de cette dernière, notamment en termes de ressources.
Nous partirons de l’hypothèse suivante : le terme «mondialisation» correspond à une dynamique, un cheminement, un processus, qui conduit vers un monde nouveau et inédit bien différent de celui que nous avons connu aussi bien dans l’histoire récente que dans les siècles plus anciens. 

Problématique

Une première séquence identifiera les concepts majeurs permettant de décrypter les dynamiques et stratégies mondialisantes en les replaçant dans une perspective historique. Le questionnement autour des notions d’échelle et de temporalité sera plus particulièrement discuté à partir de l’analyse de territoires métropolitains (Europe, Amérique du Nord, Amérique latine) dont la trajectoire est désormais ancrée dans les mondialisations. Cette seconde séquence débutera en 2013 et se prolongera au cours de l’année 2013/2014. Elle pour objectif de formaliser la dynamique local-global de manière à proposer outils conceptuels et méthodologiques pour lire le global à partir du local et discuter de résilience urbaine politique.