Un tissu culturel déjà dense

La Provence, plus que Marseille, n’a pas attendu la désignation de Marseille-Provence comme Capitale européenne de la culture pour mettre en place des manifestations culturelles de grande envergure. Le festival d’Avignon, les rencontres d’Averroès, le festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence ou encore les Rencontres internationales de la photographie d’Arles sont des temps forts qui rythment la vie culturelle régionale depuis des années.

Il existe davantage à Marseille un tissu associatif dense, souvent tourné vers une culture urbaine populaire, comme les arts de la rue. Il peut profiter des structures d’accueil offertes par certains lieux culturels dont la Friche de la Belle-de-Mai constitue sans doute le meilleur exemple. Ancienne manufacture des tabacs reconvertie en 1992 en complexe culturel, elle accueille aujourd’hui soixante-dix organismes représentant des disciplines très diverses (théâtre, musique, danse, mais aussi radio, arts numériques ou graphismes). Elle regroupe autant d’espaces de représentations que de lieux de travail et des équipements destinés à l’accueil du public (restaurant ou skatepark par exemple). L’importance de la Friche de la Belle-de-Mai dans la scène culturelle marseillaise en fait un des lieux-phares de la ville pour 2013.
 

Photographie : La Belle-de-Mai. On distingue en arrière-plan les voies de chemin de fer qui conduisent à la grande gare de Marseille : la gare Saint-Charles (c) Aude Le Gallou