Un programme de réhabilitation

Le master plan présenté par AGORA pour le site de Belval met en évidence les trois grands pôles du projet : la réhabilitation du secteur des friches industrielles, la création d’une nouvelle zone d’activités et l’implantation de quartiers d’habitat dans un environnement vert.
Crédit : J.-B. Feller

 

 

L’enjeu premier de la réhabilitation du site de Belval est le développement économique et la recréation d’un pôle dynamique d’emploi et d’habitation dans une zone sinistrée, en permettant l’implantation d’industries nouvelles et de services susceptibles d’attirer les investisseurs et de créer 15 000 nouveaux emplois, tandis que 7 000 nouveaux habitants viendraient s’installer dans les deux quartiers résidentiels prévus dans le master plan.

 

 

 

L’un des deux hauts-fourneaux conservés à Belval et désormais intégrés à la zone d’activités en construction.
Crédit : E. Libourel

 


 


 

La patrimonialisation des deux derniers hauts-fourneaux du Luxembourg, désormais intégrés au bâti nouveau de la zone d’activités, est une priorité, afin de ne pas occulter le passé sidérurgique du site. L’architecture et les couleurs des bâtiments nouvellement construits évoquent d’ailleurs ce même passé. Contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, c’est-à-dire la destruction totale des sites abandonnés, il apparaît aujourd’hui prioritaire pour le Ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire de conserver et de mettre en valeur les vestiges d’un passé qui a fait la richesse et l’identité de la région.

 

 

Les nouveaux bâtiments sont construits selon une architecture qui rappelle par sa forme et pas ses couleurs l’ancienne activité de Belval et ses bâtiments industriels.
Crédit : E. Libourel

 

 

Pour créer un nouveau dynamisme, l’accent est mis sur la mixité des activités et la création de quartiers dotés de services et d’infrastructures permettant d’en faire de véritables lieux de vie, alliant activité économique, habitat, services et lieux de loisirs. L’Université du Luxembourg doit entre autres prendre place au sein même de l’ancienne friche. Mais l’accessibilité du site, encore imparfaite, doit être améliorée, en privilégiant les transports en commun, particulièrement pour les déplacements à l’intérieur du site et pour les migrations pendulaires avec Luxembourg. Quant à l’habitat, il est conçu sous forme de quartiers « à taille humaine », permettant une circulation aisée des habitants à pied ou à vélo au sein du complexe de Belval, avec à proximité immédiate les commerces et services dont la population aura besoin. Le but est donc de réduire au maximum les besoins de déplacement.

 


En contrebas du niveau actuel du sol (308m), une place est en cours d’aménagement, témoin de l’ancien niveau de la dalle du site industriel.
Crédit : J.-B. Deyzac

 

 

Le respect des exigences du développement durable est donc l’une des priorités du projet, qui met en avant le respect de normes très élevées. Les bâtiments construits sur les anciens sites sidérurgiques sont isolés du sol pollué par les anciennes industries qui utilisaient des métaux lourds. A l’exception d’une place située à 303m d’altitude, témoin de l’ancien emplacement des usines, les immeubles sont bâtis au niveau 308m, sur une chape isolante et deux étages de parkings.