Séance du 7 décembre

« Athènes laissée dans l’ombre ? Enjeux littéraires et politiques de la représentation d’une ville sur la carte du monde dans la Géographie de Strabon »

Estelle Oudot (Professeur de littérature grecque à l’Université de Bourgogne)
 
Quelle place réserver à Athènes sur la carte synoptique du monde antique ? Si on s’approche de l’Attique, quelle description peut-on en faire, quelle topographie dessine-t-on, quelle ville architecturale apparaît ? Cette question mérite en soi d’être posée pour tout texte qui envisage de donner une représentation géographique ou topographique de la cité : il n’y a, en effet, pas de modèle de la description d’Athènes dans la littérature classique et cette image est à construire à partir de l’époque hellénistique, lorsqu’Athènes devient lieu de visite, de découverte et d’observation et que se développent la géographie et la chorographie, diffusées notamment dans les itinéraires, les guides ou les périégèses.

 

À cette question, nous soumettrons plus particulièrement l’œuvre de Strabon (vers 63 avant J.-C. - vers 25 après J.-C.) – œuvre d’un géographe, soucieux, dit-il, d’être utile aux hommes politiques romains, à l’heure où se font les conquêtes et où Auguste commence à édifier l’empire ; œuvre d’un lettré, pétri de culture et d’histoire grecques, pour qui Athènes est lieu de mémoire et de littérature. Dans la description ou l’évitement de la description de la grande cité grecque (livre IX), confrontée à l’image de Rome, longuement élaborée au livre V, se nouent des enjeux littéraires, qui engagent la définition même du projet géographique, et des enjeux politiques : le monde peut-il avoir deux centres ? à quelles métamorphoses Athènes est-elle soumise ?