Pauline Guinard

Maître de conférences en géographie

Permanence  : sur rendez-vous au 29, rue d’Ulm, 75005 Paris

Email : pauline.guinard[at]ens.fr

 

Thèmes de recherche

  • Géographie urbaine : espaces publics
  • Géographie culturelle : art, émotions, séries télévisées
  • Géographie des Suds : Afrique du Sud

 

Thèse

Les espaces publics au prisme de l’art à Johannesburg (Afrique du Sud) : quand la ville fait oeuvre d’art et l’art oeuvre de ville, sous la direction de Philippe Gervais-Lambony, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Enseignement 2016-2017

  • Préparation à l’agrégation de géographie écrit et oral (S1 et S2)
  • Géographie(s) culturelle(s) (S1)
  • Où sont les Suds ? (S1)
  • De la cour aux Ernests à la Cour carrée (ENS/Louvre) (S1-S2)
  • Séminaire de recherche : Géographie des émotions (S2)
  • Séminaire de recherche RESPeT - Recherches en esthétiques spatiales : pratiques et théories (S1 et S2)

 

Responsabilités administratives et collectives

Responsabilités administratives

  • Responsable de la préparation à l’agrégation de géographie (depuis 2014)
  • Correspondante Direction des relations internationales (depuis 2014)
  • Coordinatrice de l’organisation des stages de terrain (2012-2015, 2016-2017)
  • Co-animatrice du site internet du département de géographie
  • Tutrice

Jury de concours

  • 2013-à ce jour : Membre du jury de l’agrégation d’histoire (écrit et oral)
  • 2014-à ce jour : Membre du jury d’entrée du concours BL (Lettres et sciences sociales) à l’ENS (écrit et oral)
  • 2012-2014 : Membre du jury d’entrée du concours AL (Lettres) à l’ENS (écrit et oral)

 

Activités de recherche

  • 2014 à ce jour : Animation du groupe de recherche "ArtiCités"

Depuis septembre 2014, j’organise tous les deux mois des séances de travail qui réunissent les jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs travaillant sur les relations entre art et ville, à partir de divers types d’activités artistiques (art plastique, musique, littérature, cinéma) et dans différentes villes du monde.

Bibliographie indicative : ici

Ce projet a obtenu un financement de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) de 2 ans (2016-2017) : voir.

  • 2014-2016 : Participation au projet Maison Sciences de l’homme (MSH) « De Strasbourg à Johannesburg : l’art mettre la ville en mémoire ? La fabrique des mémoires alternatives à travers des dispositifs sonores et numériques »

Ce projet, porté par Barbara Morovich, étudie les stratégies artistiques et citadines de fabrication de mémoires alternatives dans des quartiers défavorisés de Strasbourg (France) et de Johannesburg (Afrique du Sud). Il vise à favoriser le croisement des recherches et à permettre la naissance de projets transdisciplinaires, grâce à une démarche de co-production des savoirs avec des groupes défavorisés. La méthodologie implique des techniques numériques et sonores, dont les capacités à produire de nouveaux outils de collecte et de mise en valeur des récits citadins sont analysées.

  • Janvier 2013 : Mission dans le cadre des projets Frontières mobiles / EU-Borderscapes

Dans le cadre du projet « Frontières mobiles » de l’Institut Universitaire de France et du projet européen « EU-Borderscapes » portés par Anne-Laure Amilhat-Szary, qui s’attachent à l’étude des relations entre art et frontières, j’ai réalisé une mission de recherche de trois semaines à la frontière de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe. L’objectif était de recenser et d’analyser les projets artistiques se produisant dans cette région, afin de déterminer en quoi l’art produit à la frontière était influencé par la présence celle-ci et pouvait transformer les représentations qui lui sont attachées.

  • 2009-2012 : Participation à l’ANR JUGURTA : Les Suds aujourd’hui – Justice spatiale, gouvernance et territorialisation dans les villes des Suds

Ce programme, porté de 2007 à 2012 par P. Gervais-Lambony, se proposait de réfléchir à la notion de « justice spatiale », c’est-à-dire à la dimension spatiale des inégalités sociales, en confrontant des villes d’Afrique et d’Amérique du Sud. En faisant partie de cette ANR à partir de 2009, j’ai pu confronter mes recherches à celles d’autres chercheurs et par la même occasion à d’autres terrains, et participer à l’écriture d’un ouvrage collectif.