Présentation

Compte-rendu réalisé par Daniel Florentin, Adrien Baysse, Nicolas Toraille (prenom.nom@ens.fr)

La Bourgogne n’est sans doute pas le parangon de la France industrielle. Pour autant, les espaces industriels y sont nombreux, et ont historiquement participé de la construction et de l’organisation du territoire bourguignon autour d’un certain nombre de pôles, d’industrie lourde dans les bassins miniers et sidérurgiques du Sud de la région autour de Montceau-les-Mines ou Le Creusot, ou d’industries de seconde transformation, autour de l’agro-alimentaire ou de l’industrie pharmaceutique en Côte d’Or. Le bassin de vie de Montbard illustre les transformations profondes de ce tissu industriel des espaces périurbains ou ruraux.

Situé entre la couronne d’influence dijonnaise et les zones polarisées par une agglomération parisienne dont le centre n’est qu’à une heure de train, Montbard raconte ainsi les mutations de l’ère post-industrielle. On y retrouve des dynamiques territoriales actives aussi bien au niveau local, que régional, voire national ou européen (Dehecq, 2010). On y lit à la fois les heures glorieuses de l’industrialisme et les défis liés à la mondialisation et à la désindustrialisation massive que connaît l’Europe de l’Ouest depuis une trentaine d’années (Colletis et al., 2006). L’idée de ce portrait industriel de Montbard cherche ainsi à voir dans quelle mesure Montbard pourrait être envisagé comme un observatoire privilégié des logiques territoriales à l’œuvre à une échelle plus large dans les territoires de l’industrie européens (Weber, 2008).

Pour répondre à ce questionnement, nous analyserons tout d’abord les logiques de la désindustrialisation du bassin d’emploi de Montbard, puis les effets des dynamiques de mondialisation qui ont présidé aux mutations de ce même territoire. Nous tenterons enfin de définir les enjeux territoriaux liés à l’insertion du bassin industriel de Montbard dans des logiques économiques de mondialisation.

Plan

  1. Montbard, un pôle métallurgique dans un territoire rural
  2. L’insertion dans la mondialisation avec les logiques de spécialisation des territoires
  3. Les enjeux territoriaux de la reconversion dans les produits à haute valeur ajoutée
  4. Conclusion

Bibliographie

  • Colletis G. et Jung N., 2006, La France industrielle en question. Analyses sectorielles. La documentation française, n°5228.
  • Dehecq J.-F., 2010, États généraux de l’industrie. Étude menée par le ministère de l’Industrie
  • Schmoll, C., 2006, « Nouvelles migrations et districts productifs en Italie », Méditerranée, n°106
  • Weber F., 1989, Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, INRA-EHESS
  • Weber, F., 2008, « Une enquête dans l’histoire. Le travail à-côté, apogée d’une culture ouvrière européenne », in Arborio A.-M. et al. (coord.), Observer le travail, La Découverte.