Présentation

Margaux Oliveau, Sundar Ramanadane

Lille cherche à asseoir sa dimension métropolitaine à travers la culture à travers une série d’éléments : transformation de lieux symboliques de l’histoire industrielle de la ville en musées ou en centres culturels ; rénovation du patrimoine ; organisation d’événements culturels.

On peut définir la culture de plusieurs manières. Nous choisirons ici la définition de l’Unesco, selon laquelle : « dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

La culture a donc un double intérêt : elle permet tout d’abord la cohésion d’un groupe, et ensuite, elle constitue un patrimoine que l’on peut exploiter et mettre en valeur.

 

Plan

  1. La culture au service du projet métropolitain
  2. Le projet culturel comme outil d’aménagement urbain
  3. Quelques réalisations culturelles

     

Bibliographie

  • M. GRAVARI-BARBAS et S. JACQUOT, 2007 « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », in Géocarrefour, Vol. 82/3
  • B.GRESILLON, 2002, Berlin, métropole culturelle, Paris, Mappemonde
  • B.GRESILLON, 2010, « Les capitales européennes de la culture, des villes créatives ? », Revue d’Urbanisme, N°373
  • F. LUCCHINI, 2002, La culture au service des villes, Lassey-Les-Châteaux, Anthropos
  • D.PARIS et J-F.STEVENS, 2000, Lille et sa région urbaine. La bifurcation métropolitaine, L’Harmattan

Sitographie