Portrait de villes américaines à l’âge global

Objet de la journée d’étude

Les villes sont généralement présentées et analysées comme des entités s’inscrivant dans un récit national et de ce fait relevant d’une trajectoire commune située à l’interface entre l’affirmation d’une identité nationale et le jeu d’une large diversité d’acteurs économiques. 

Ce cadre analytique s’avère moins pertinent à l’heure où la dynamique du capitalisme est moins cantonnée à l’échelle du territoire national et participe de l’espace des flux globaux se déployant souvent à l’échelle mondiale. Aussi à l’Age global, il revient aux villes et métropoles d’affirmer leur « avantage comparatif », de gérer les dynamiques spatiales indissociables de la métropolisation et de se donner les moyens d’assurer une certaine cohésion sociale. 

La séance du séminaire se propose de mettre en scène ces trois thématiques au travers de portraits de villes nord-américaines (États-Unis et Canada). Tout en mettant en évidence les spécificités de New York, Toronto, Los Angeles et Las Vegas, l’analyse insistera plus particulièrement sur les différentes échelles structurant l’espace politique.

Présentations à télécharger

  • Marie-Fleur Albecker (Université Paris 1, Cités-Géographie) : New York, La restructuration des espaces péricentraux : pdf
  • Guillaume Poiret (Université Paris IV, Enec) : Toronto,une aire métropolitaine de poids en quête de gouvernance : pdf1 et pdf 2
  • Sarah Mekdjian (Université de Grenoble) : Los Angeles, Clôturer et laisser faire : dispositifs de pouvoir et multiculturalisme : pdf
  • Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS, Creda) : Los Angeles/Las Vegas/New York, Des espaces publics urbains en quête d’un nouveau statut : pdf

Compte-rendu de la journée  : ici

Les enregistrements audio sont téléchargeables ici (mp3).

Pour plus de renseignements : contacter magali.reghezza at ens.fr