Opérations d’aménagement

I- La « reconquête du front d’eau » comme objectif d’aménagement à Issy-les-Moulineaux

À Issy-les-Moulineaux, le thème de la « reconquête des fronts d’eau », souvent mobilisé dans les projets de réaménagement urbain, est particulièrement prégnant. Il est associé à l’idée de reconversion des friches industrielles des quais de Seine.

a. Des opérations d’aménagement principalement localisées le long de la Seine
Le Plan local d’urbanisme (PLU) d’Issy-les-Moulineaux, adopté en 2008, donne les principales orientations de l’aménagement du territoire de la commune. Il est remarquable que les espaces les plus proches de la Seine soient pour la plupart des Zones d’aménagement concerté (ZAC). Elles sont destinées à reconvertir des friches industrielles et à rendre ces espaces en déprise à la ville en y construisant des bureaux et des logements dans une perspective environnementale. Il s’agit là de l’un des principaux axes de la reconversion des friches en France (ADEME, 2009, HENRYON, 2009).
Les ZAC isséennes peuvent être classées en trois catégories en fonction de la destination de leur bâti, afin de mettre en évidence la manière dont les fonctions sont distribuées :

- Le « Fort Numérique », quoiqu’à l’écart de la Seine, peut être considéré ici comme l’exemple le plus ancien de projet de reconversion des friches urbaines. Il constitue un cas particulier puisqu’il s’agit de réhabiliter une ancienne emprise militaire sur un site de type Vauban. L’opération d’aménagement en cours depuis le début des années 1990 est entièrement tournée vers des logements, ce qui est une exception.

- Le « Cœur de Ville », également à l’écart de la Seine, est destinée à devenir un ensemble de bureaux, de même que les ZAC « Portes de Seine » et « Pont d’Issy », situées en bord de fleuve et jouxtant Paris intra-muros. Ces deux promotions immobilières accueillent en particulier le siège français de Microsoft.

- Les ZAC « Bords de Seine » et « Chartreux », ainsi que le chantier de réhabilitation du « Tri Postal », tous trois sur le front d’eau, sont des opérations mixtes, où logements et bureaux sont prévus dans une optique de mixité fonctionnelle.
L’Île Saint-Germain constitue un cas particulier, puisqu’elle est pour moitié occupée par un Parc naturel départemental, et pour moitié par des quartiers d’habitation déjà bâtis. Elle ne fait donc l’objet d’aucune grande opération d’aménagement.
La « mixité sociale et fonctionnelle » est un thème omniprésent dans les discours, comme en témoigne la récurrence de ce terme lors d’un entretien mené avec les responsables du service de l’urbanisme de la ville. Il s’agit d’une mixité fonctionnelle, que seule une partie des projets réalise, ainsi que d’une mixité sociale annoncée par l’affichage de taux de logements sociaux dans les promotions immobilières souvent supérieurs à 20%. Les projets menés en front de Seine font l’objet d’une communication particulière sur ces thématiques.


Figure 1- Localisation et nature des opérations d’urbanisme à Issy-les-Moulineaux (sources : PLU d’Issy-les-Moulineaux, Service de l’Urbanisme)

 

b. Un discours sur la valorisation des berges de Seine

c. L’effacement des discontinuités socio-spatiales ?