Le programme d’études

Une année de scolarité à l’ENS repose sur l’obtention d’un diplôme universitaire (L3, M1, M2 recherche ou M2-pro cohabilité) et sur un certains nombre de cours, choisi au sein de l’École littéraire ou scientifique, mais aussi dans des établissements tels que l’EHESS ou l’INALCO.

Ce parcours est défini en début d’année par un programme d’études signé par l’élève ou l’étudiant, le tuteur, le directeur des études du département et la direction des études de l’École.

Le programme d’études

Le programme d’études est un contrat par lequel un élève ou un étudiant s’engagent à obtenir un diplôme universitaire et à assister à un certain nombre de cours.

Le diplôme universitaire

Le diplôme universitaire doit correspondre à un parcours recherche. Sauf exception (master professionnels cohabilités par l’ENS), les Master professionnels n’entrent pas dans ce cadre. Les masters spécifiques à des Écoles, lorsqu’ils ne sont pas des masters recherche adossés à une école doctorale, ne sont pas reconnus.

Dans des cas très spécifiques, lorsque par exemple il n’existe pas de master recherche ou que le master est indifférencié, une dérogation peut être accordée. Le mémoire de M2 doit toutefois comporter une partie recherche ou être accompagné d’un essai tutoré.

Par ailleurs, le diplôme universitaire ne peut être obtenu en contrôle terminal.
et doit être obtenu à la session de juin, sauf dérogation exceptionnelle accordée par le tuteur.

Pour les étudiants admis à préparer le diplôme, le programme d’études doit permettre d’obtenir en deux ou trois ans le nombre de crédits et le M2 nécessaires à l’obtention du diplôme de l’ENS (voir Le diplôme)

Les cours à l’ENS

Pour les fonctionnaires-stagiaires, selon le niveau de diplôme universitaire préparé, l’élève s’engage à suivre des cours à l’ENS ou dans des formations partenaires :

  • 6 séminaires + une langue vivante en L3 par an
  • 4 séminaires + une langue vivante en M1 et M2 par an

L’année de la préparation à l’agrégation n’entre pas dans ce cadre. Par ailleurs, en 4e année, si un M2 recherche a été obtenu, le parcours à l’ENS est discuté avec le tuteur.

Ces obligations de scolarités sont liées au statut de fonctionnaire-stagiaire et sont indépendantes de l’obtention du diplôme de l’ENS.

Toute dérogation est expliquée et inscrite dans le programme d’études.

Les exigences du département

Pour être inscrit au département de géographie, l’élève ou l’étudiant devront :

  • suivre un diplôme universitaire en géographie ou un diplôme bi-disciplinaire comportant de la géographie
  • suivre 1/3 de leurs séminaires au département

Dans le cas où un élève souhaiterait préparer un diplôme universitaire dans une autre discipline, il s’engage à suivre la formation en géographie dispensée à l’ENS et à prendre un tuteur secondaire dans la discipline où il effectue son diplôme universitaire.

  • Si un élève fonctionnaire-stagiaire ne remplit pas ces obligations, une mise en congé sans traitement d’office est demandée pour l’année suivante. Si des raisons de santé empêchent l’élève de réaliser son contrat, un redoublement thérapeutique peut être demandé.
  • Si un élève souhaite ne pas préparer de diplôme universitaire, il peut soit prendre une année blanche, soit une césure (congé sans traitement, CST).

Aucun programme d’études ne sera signé après la date limite de dépôt des programmes d’études fixée par la directions des études lettres.

L’année blanche

L’année blanche permet à un élève de ne pas s’inscrire dans un diplôme universitaire, de s’inscrire en contrôle terminal ou de suivre une formation dans un autre établissement (École de Management, IEP, etc.).

Pour être en année blanche, l’élève doit suivre un minimum de 12 séminaires + une langue vivante sur l’année à l’ENS.

Le département autorise l’élève à suivre une demi-année blanche (6 séminaires + une langue vivante sur un semestre) dans le cas d’un stage d’un semestre réalisé en scolarité (et non en CST) et/ou d’un départ à l’étranger. Ce stage fait alors l’objet d’un essai tutoré obligatoire validé par le tuteur.

La césure et les congés sans traitement (CST)

Le congé sans traitement (CST) permet à un élève fonctionnaire stagiaire d’interrompre sa scolarité. Le CST suspend un an le statut de fonctionnaire-stagiaire et les obligations qui lui sont associées. En retour, l’élève ne perçoit plus son traitement.

Le CST est utilisé dans les cas suivants :

  • départ à l’étranger, en particulier comme lecteur puisque le poste est rémunéré
  • année de réorientation

Le CST est obligatoire dans les cas suivants :

  • défaut de scolarité et rupture du contrat d’études
  • cursus secondaire dans une autre grande école : le première année est considérée comme une année blanche, la seconde se fait en CST.

Un élève peut obtenir deux années de CST au cours de sa scolarité, dont un CST de fin d’études, qui s’obtient au bout des quatre années de scolarité. Le CST peut durer un an ou un semestre (un demi-CST).