Les enjeux territoriaux de la reconversion

Accroître l’attractivité du bassin d’emploi

Si le nombre d’employés dans l’industrie à Montbard a beaucoup diminué depuis les années 1980, le cluster Metal’Valley, qui regroupe aujourd’hui plus de 1600 salariés, agit comme un pôle d’attraction de l’emploi du secteur secondaire en Bourgogne.

Plus que le simple nombre d’employés de Metal’Valley, il faut mettre en évidence une réalité : alors que les emplois offerts dans les bassins industriels en déshérence sont en constante diminution, Metal’Valley apparaît comme une exception : depuis 2008, 250 personnes ont été recrutées, et, sur la période allant de 2010 à 2013, la création de 150 à 200 emplois supplémentaires est d’ores et déjà programmée, ce qui contribue à faire de Montbard un observatoire un peu particulier des logiques de recomposition industrielle. La reconversion des usines métallurgiques dans les produits à haute valeur ajoutée accroît l’attractivité du bassin d’emploi en promouvant le recrutement d’ingénieurs ou de techniciens spécialistes des métiers de haute technologie.

 

En relation avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de la Côte d’Or, Metal’Valley a d’ailleurs mis en place une politique visant à favoriser le recrutement de salariés de manière conjointe pour les différentes entreprises concernées, ce qui accroît là encore la visibilité des offres d’emplois à différentes échelles, tant locales que régionales, voire nationales. La communication, de même que les actions de formation et de recrutement sont centralisées dans le souci de promouvoir la compétitivité du cluster Metal’Valley sur les marchés de l’emploi.

Mais à l’échelle locale ou régionale, l’enjeu majeur de la nouvelle attractivité du bassin d’emploi est peut-être la mise en place de filières de formation professionnelle en amont, qui induisent un ancrage local de la population sur le long terme et offrent des perspectives d’avenir aux jeunes générations de la région. Le lycée professionnel Eugène Guillaume de Montbard offre ainsi des formations spécifiques aux métiers de l’industrie en partenariat avec les entreprises locales, proposant notamment des baccalauréats professionnels en « chaudronnerie industrielle », qui ouvrent les portes de différents métiers indispensables dans les usines de Metal’Valley.

Cependant, certains effets induits de l’ouverture de l’économie locale à des logiques mondialisées ne doivent pas être passés sous silence : la nécessité de travailler en flux tendus dans les usines mène à des rythmes de production inégaux et donc à une variation dans l’offre de travail disponible. Les emplois intérimaires sont de ce fait en augmentation, ce qui accroît la précarisation d’une partie de la population locale. Cette précarisation est d’autant plus présente qu’elle concerne essentiellement les ouvriers les moins qualifiés, comme par exemple les employés en charge de l’enverrage ou d’autres travaux de force et à haut niveau de pénibilité.

Un effet d’entraînement à l’échelle locale ?

Si la formation du cluster Metal’Valley a constitué une étape importante pour le territoire, c’est d’abord par les effets induits qui en sont espérés pour l’économie et la population locale.

De ce point de vue, les entreprises de Metal’Valley se font fort de mettre en valeur les investissements réalisés localement : entre 2008 et 2011, Metal’Valley a investi 90 millions d’euros à Montbard et à Vénarey-les-Laumes. De tels investissements (dans l’extension des sites industriels, dans la construction de nouveaux locaux, dans l’achat de nouveaux moyens de production nécessaires pour être compétitif à l’international, dans la Recherche et Développement) permettent de faire rejaillir sur l’ensemble de l’économie locale les profits réalisés à l’international. Metal’Valley se veut la locomotive économique du pays d’Auxois et tire derrière elle des possibilités d’accroissement des offres de services aux entreprises.

Mais au regard des évolutions sociologiques que connaît la population locale (augmentation de la proportion de retraités, diminution de la part des actifs travaillant dans l’industrie, augmentation des « navetteurs » travaillant en région parisienne), c’est d’abord en termes d’accessibilité du territoire que la région de Montbard profite de la visibilité de Metal’Valley. Si la gare de Montbard, située sur l’axe Paris-Lyon-Marseille, est encore desservie onze fois par jour par le TGV, on peut supposer que c’est aussi lié à la présence du plus gros bassin d’emplois du haut-dijonnais. Une association de défense de cet arrêt existe et l’attachement local à cette desserte est visible dans la présence de panneaux apposés sur les murs d’usine, qui représentent différentes parties d’un TGV. De nombreuses entreprises de la Metal’Valley disposent par ailleurs d’une desserte marchandise en gare de Montbard.

Enfin, la présence de Metal’Valley a permis à Montbard de soutenir une candidature afin de devenir un « pôle d’excellence rural », candidature qui a été validée en avril 2011. Les pôles d’excellences ruraux, assimilables à des pôles de compétitivité en zone rurale, ont pour objectif de promouvoir le développement de territoires ruraux et reçoivent dans ce sens des subsides de l’État. Dans un contexte où la valorisation d’un territoire passe avant tout par sa visibilité à toutes les échelles, un tel classement en « pôle d’excellence rurale » renforce les atouts économiques de Montbard.