Le port de Bâle

Margaux Oliveau

Situé sur le Rhin, le port de Bâle est un élément clef du territoire suisse puisqu’il permet au pays d’être connecté tant à la mer qu’aux autres ports européens. C’est de là que partent 15 % des exportations du pays et le transbordement de biens concerne 8 à 9 millions de tonnes par an. La sécurité, la rentabilité, les capacités de transport sont les principaux arguments mis en avant pour promouvoir le transport fluvial, qui a tendance à augmenter. Néanmoins le développement du port passe surtout par le renforcement de son rôle de plate-forme multimodale, en faisant une interface entre le fer, la route et l’eau. Il devient ainsi un point de liaison essentiel entre les différents modes de transports dans un contexte où leur combinaison est de plus en plus favorisée.

Historique de la navigation à Bâle

  • 1832 : 1er bateau à vapeur à Bâle
  • 1844 : le train Strasbourg / Bâle concurrence fortement la navigation
  • 1903 : 1er vapeur à hélices
  • 1904 : 1er convoi remorque
  • 1923 : 1er pétrolier (hollandais)
  • 1956 : dernier remorqueur à vapeur

Les différents ports et leurs dates de construction :
1906-1911 Saint-Jean (fermé en 2009)

  • 1919-1926 Petit Huningue I
  • 1936-1942 Petit Huningue II
  • 1937-1950 Birsfelden/Au.
  • Situé sur la rive droite du Rhin, Petit Huningue dispose de 3 terminaux à conteneurs d’une importance croissante. On y décharge aussi des produits « classiques » comme l’acier et l’aluminium. Birsfelden est situé sur la rive gauche du Rhin. Il est spécialisé dans le transbordement et le stockage de l’acier et d’autres métaux. Une île artificielle permet de débarquer les hydrocarbures.

Dans la partie du port de Muttenz-Au, également situé sur la rive gauche, sont essentiellement chargés et déchargés des combustibles et du carburant mais également des céréales et des produits secs.

Ce qui arrive majoritairement dans les ports suisses rhénans :

  • de la nourriture
  • des combustibles
  • du pétrole, des huiles minérales
  • des minerais
  • du fer et de l’acier
  • des produits chimiques
  • des véhicules et des machines
  • des biens courants
  • Ce qui part :
  • des machines, des appareils, des véhicules
  • des métaux de toute sorte
  • des produits chimiques
  • de l’huile lourde

Les exportations suisses ne représentent qu’un volume réduit du total annuel : entre 5 et 10 %.

Le port de Bâle travaille régulièrement avec la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin dans le cadre de divers groupes de travail et commissions. Un travail temporaire peut également être mis en œuvre avec d’autres organisations internationales et organismes professionnels qui s’occupent des questions de navigation fluviale.

Dans le même temps il s’engage pour la protection de l’environnement, en particulier celle du Rhin. Toute une série de mesures a été prise pour lutter contre une éventuelle pollution aux hydrocarbures. 

Sitographie