Le défi de la réhabilitation : réintégrer un quartier à la ville

Dijon et son héritage militaire

Le Quartier Junot correspond à un ancien site militaire situé en cœur de la ville de Dijon.La caserne militaire est restée en activité jusqu’au Plan de réadaptation des armées en 1996 entraînant la dissolution du régiment accueilli jusqu’alors.

La Caserne Junot s’étend sur 10 hectares au nord de la ville et est desservie par la ligne de bus la plus utilisée et un axe routier important. Elle présente un site de grande taille en friche, qui autrefois était aux marges de la ville. Rattrapée par l’extension urbaine, la Caserne Junot offre la possibilité d’un changement de fonction accompagné d’une revalorisation foncière.

Politique de réhabilitation

En 2002, la ville de Dijon change de municipalité. Cette dernière met à l’ordre du jour la réhabilitation du quartier Junot et lance la même année un concours d’urbanisme avec un budget de 14 millions d’euros. Ce concours remporte un véritable succès puisqu’il regroupe 35 cabinets d’urbanisme. Finalement, la municipalité retient 5 équipes dont le cabinet DuSapin et Leclerc, concepteur d’Euralille. Chaque cabinet obtient une parcelle de terrain à aménager.

Photographie ci-contre : la mixité fonctionnelle, banque et logements dans un même ensemble - L. Waquet.

La municipalité souhaite encadrer la logique d’extension urbaine qui prime à cette époque. Elle entend proposer de nouveaux logements au cœur de la ville de Dijon.
La mairie de Dijon impose un cahier des charges précis :

  • Mixité des fonctions : services et commerces.
  • Mixité des logements sociaux : 25%, à l’échelle du quartier.
  • Conservation du patrimoine militaire de Dijon dans un souci de mémoire. La mairie de Dijon a tenu à conserver et réhabiliter la caserne militaire pour la transformer en logement. La caserne a vu sa toiture entièrement refaite et des balcons ajoutés à ses fenêtres.

 

Le quartier de Junot est donc le fruit d’une réhabilitation dirigée par les pouvoirs publics mais construite par des entreprises de construction et des cabinets d’architectes privés. Ainsi 60 logements sont construits par l’entreprise Bouygues.

Le quartier Junot présente la particularité d’avoir une architecture hétérogène : chaque cabinet ayant choisi d’aménager de manière particulière la parcelle lui ayant été attribuée. Le bâtit se compose donc de maisons individuelles ou d’immeubles de 2 à 4 étages. La mairie a néanmoins exigé que les bâtiments ne dépassent pas 16m pour ceux donnant sur la rue principale et 6m pour les derniers. Le bâtit présente une gradation de la hauteur des éléments qui le composent. Cette hétérogénéité est accentuée par les différences de couleurs et de matériaux employées par les différents promoteurs.
 

Photographie ci-contre : Une des ailes de la caserne, transformée en logements - L. Waquet