La mise en oeuvre des grands chantiers

Au-delà de l’animation et du rythme de cette année, les organisateurs du projet tentent de permettre une pérennisation des actions culturelles menées. Il ne s’agit pas tant de répondre à une demande touristique ponctuelle que de mettre en place des structures de long terme propres à satisfaire les aspirations culturelles et artistiques des citoyens.

C’est pourquoi le véritable enjeu réside dans les grands chantiers impulsés à l’occasion du choix de Marseille-Provence comme Capitale européenne de la culture. Le plus important d’entre eux est sans nul doute le MuCEM, le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Situé à la charnière entre le Vieux Port et les nouveaux espaces urbains de la Joliette, il associe le Fort Saint Jean au bâtiment de Rudy Ricciotti, en cours de construction. À proximité, se situera le Centre régional de la Méditerranée, dédié aux échanges culturels entre les deux rives de la Méditerranée.
 

Le chantier actuel du futur MuCEM. (c) Aude Le Gallou.

 

Le label de « Capitale européenne de la culture » par l’Union européenne est conçu comme un levier d’accélération des opérations d’aménagement dans l’espace marseillais. Le hangar du port de Marseille, le J1, se transforme ainsi en vaste lieu d’exposition. De même, pour le Silo à blé du quai d’Arenc, converti en salle de concert de 2000 places. Mais c’est aussi un levier d’action pour la région métropolitaine toute entière, avec le nouveau conservatoire de musique et l’agrandissement du musée Granet à Aix, la création du Centre international de la photographie et de l’image à Arles ou la rénovation de l’Eden Théâtre à La Ciotat. L’inauguration de ces lieux de culture est prévue pour 2013.

La construction de ces équipements culturels, d’un coût global de 660 millions d’euros, repose sur des financements publics et privés. Le financement public repose notamment sur la contribution de l’Etat (160M d’€), de la municipalité de Marseille (148M d’€), du Conseil Régional (110M d’€) et des autres communautés d’agglomération ayant part au projet.