Introduction : Le Havre et le monde

Ce dossier a été réalisé par Julie Chouraqui, Luc Guibard, Omar N’Diaye, Isabelle Siffert et Meeyoung Yoon.
 

 

À l’occasion du 150ème anniversaire de l’ouverture par la Compagnie Générale Transatlantique de la « French Line » entre le Havre et New-York, la ville du Havre a proposé durant l’été 2014 l’exposition « 1864-2014, Le Havre – New York, 150 ans d’une ligne mythique » retraçant l’histoire des liaisons transatlantiques. Les années 1920-1930 notamment furent l’âge d’or du trafic transatlantique et de ses paquebots majestueux, à l’image de L’île de France, du Normandie, ou encore du France. Jusque dans les années 1980, Le Havre fut ainsi un point de départ privilégié pour ces liaisons qui ont longtemps incarné les relations culturelles, politiques et économiques entre la France et les États-Unis.

Si la « French Line » n’existe plus, le Havre est resté un port de première importance dans les relations économiques entre la France et le reste du monde. Sa modernisation avec le projet Port 2000 et sa spécialisation dans le trafic de conteneurs, pour lequel il est aujourd’hui le premier port français, participent au positionnement stratégique français dans le commerce maritime international. Pour analyser les relations entre le Havre et le monde, il est alors nécessaire de distinguer le port du Havre de la ville dans son ensemble. En effet, si l’un ne fonctionne pas sans l’autre, c’est d’abord essentiellement par le port que se sont mises en place les connexions entre le Havre et le reste du globe. Alors que le port est une interface industrielle et commerciale à plusieurs échelles, la ville ne bénéficie pas d’un tel rayonnement international. Pour autant, les relations entre le Havre et le monde se réduisent-elles aux rapports d’un port avec son foreland (ou avant-pays) ? Consciente de la valeur de ses patrimoines, notamment architecturaux, la ville cherche aujourd’hui à créer une culture internationale havraise, par son histoire et son économie portuaire mais aussi au-delà. Il s’agit pour la ville, d’une part, d’affirmer son rôle d’interface portuaire internationale et, d’autre part, de valoriser sa culture cosmopolite, tant par son inscription dans de nouveaux réseaux internationaux que par la valorisation de ses patrimoines.

 

  1. Le port du Havre, une interface entre Paris, l’Europe et le reste du monde
  2. Une culture internationale pour la ville du Havre ?

 

Bibliographie
 


Documents collectés sur place
 

  • Agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine (AURH), 2014, « Rapport d’Activité 2013 ».
  • Agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine, 2013, « Atlas : Les principales infrastructures de transport de marchandises de l’Europe du Nord-Ouest », Projet Weastflows.
  • Agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine, 2014, « Atlas analytique : le transport de marchandises en Europe du Nord-Ouest. Dynamiques territoriales, infrastructures et échanges interrégionaux », Projet Weastflows.
  • Dossier de candidature au classement Patrimoine mondial de l’Unesco, 2005, « Le Havre, la ville reconstruite par Auguste Perret ».
  • Brochure touristique de présentation des Jardins Suspendus, « Le monde entier dans un jardin ».
  • Port du Havre « Statistiques définitives, année 2011 ».

 

Sitographie