Face à un territoire composite aux identités multiples, des projets d’intégration innovants et durables ?

 Fragmentée en quartiers, l’Ile de Nantes pose le défi de joindre ces quartiers tout en préservant leur identité. En effet, l’île de Nantes est une création doublement artificielle. Premièrement, elle résulte de la fusion de plusieurs îles par le comblement des bras de Loire. L’île conserve des entités composites : la pointe Sud-ouest est la partie qui a été la plus industrialisée, le centre est un ancien faubourg tandis que la pointe Nord-est est constituée de logements et de bureaux sur d’anciennes prairies inondables. Deuxièmement, l’expression « île de Nantes » n’est apparue que lors du lancement du projet. Ce diagnostic implique une approche différenciée pour mettre en valeur la spécificité des lieux, mais également l’aménagement d’espaces publics communs, qui font le lien entre les différents quartiers. Un travail sur la proximité s’avère aussi nécessaire (squares, jardins familiaux, jeux de boules...).
 

 La circulation entre ces quartiers est facilitée par l’amélioration du maillage du réseau de transports publics. Le projet donne notamment une place privilégiée aux modes doux. Deux nouvelles lignes Est-Ouest (Chronobus C5 prévue pour la rentrée 2013 et ligne en site propre au sud), croiseront le réseau de tramways et Busway existants, et faciliteront un usage des correspondances sur l’Ile sans être obligé de passer par le centre historique. L’usage du vélo est encouragé par l’aménagement d’une véloroute et de nombreuses pistes cyclables traversant l’Ile d’Est en Ouest et interconnectant les espaces de rencontre.
 

 Le maillage entre les différents quartiers de l’île doit se faire par une « trame verte » ou une « figure paysagère » qui structure les projets urbains. Il s’agit de routes et de promenades plantées qui invitent à la circulation entre les quartiers au sein de l’île. Au-delà du maillage, la trame paysagère permet l’intégration de la nature dans le paysage urbain dans une perspective de durabilité écologique. En effet, d’après l’Atelier Citoyen « Ile de Nantes 2 », la nature doit être omniprésente. Ainsi le boulevard Gustave Roch va être réaménagé pour accueillir davantage d’espaces verts. Quant au faisceau ferroviaire, il est prévu qu’il soit requalifié en un parc de 14 ha, faisant contrepoint au CHU. La réalisation ne pourra toutefois débuter qu’en 2018.