Espace perçu dans la mine

La descente dans la galerie-musée, qui produit l’illusion d’une descente dans les profondeurs de la mine, est un élément déroutant lorsque l’on arrive dans un espace large, dépourvu de charbon, sans odeur, sans poussière…

On n’est manifestement pas dans la mine, mais à quelle profondeur est-on exactement ? Impossible de s’en rendre compte. Cette impression est accentuée par le fait que le sol de la galerie est rigoureusement plat, alors que l’exploitation minière se faisait en pente, en remontant la veine. La galerie est aussi relativement bien éclairée pour renvoyer à l’ambiance de la mine tout en respectant les besoins de la visite et le confort du visiteur.

Perpendiculairement à la vaste allée centrale, de petits couloirs, où une personne adulte se tient debout sans aucune difficulté, présentent les techniques d’exploitation du charbon à travers les époques, de l’ouverture de la mine à sa fermeture. La visite ne suit donc aucunement la progression spatiale de l’extraction, mais un fil chronologique, une juxtaposition spatiale de séquences historiques.

Pour le visiteur, parcourir cet espace, en ne sachant ni verticalement, ni horizontalement de combien il se déplace, est un élément qui peut vite devenir perturbant. En effet, il est privé de ses repères usuels, ce qui contribue à créer une « ambiance » spécifique à la mine, où l’espace restreint et le temps sont brouillés et où le bruit, élément important de la visite emplit par moments l’espace.

Mais il est aussi privé des repères de la mine, de ceux qu’il peut avoir intégrés en observant un schéma de l’exploitation minière. En effet, emprunter des galeries perpendiculaires peut faire croire que le parcours mime les mines réelles, mais l’horizontalité et la succession des périodes historiques modifie cette organisation spatiale théorique.

À la sortie, le visiteur à du mal à se représenter le parcours qu’il a suivi et est étonné de se trouver au ras de terre, à quelques mètres à peine de l’entrée qu’il a empruntée au moyen d’un ascenseur.