Emissions de CO2

Les émissions de CO2 dans le Monde

géographie et géopolitique 

 

Il y a quinze ans, durant le sommet de la Terre de Rio, la communauté internationale reconnaissait officiellement l’importance du risque que représente le changement climatique ; la Convention-Cadre des Nations-Unies sur le Changement Climatique se fixait alors pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. Fondé sur les acquis de la communauté scientifique synthétisés par le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC/IPCC), le texte affirme l’unité du système climatique et la nécessité de sa prise en compte du risque à l’échelle de la planète toute entière ; il ouvre la voie à la mise en place d’une régulation internationale des émissions de gaz à effet de serre, qui se traduit par la mise en place du protocole de Kyoto (1997).

Seize ans plus tard, la controverse scientifique sur la réalité et l’ampleur du changement climatique, et sur la responsabilité des activités humaines, s’éteint progressivement devant l’évidence des effets et des impacts fait déjà sensibles du changement en cours. En revanche, les difficultés de la mise en place d’un système international efficace de limitation des émissions sont devenues patentes ; la tendance à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, en particulier de CO2, se poursuit, voire s’accélère. L’évolution récente est révélée par les données publiées régulièrement par le Carbon Dioxyde Information and Analysis Center : http://cdiac.ornl.gov/trends/emis/meth_reg.html

Les données les plus récentes du CDIAC sont ici représentées sous forme de 3 cartes (cliquer sur les miniatures pour obtenir les cartes en pleine résolution) :

 

1. Émissions de CO2 par habitant et par an (données 2005)

La carte met en évidence l’écart persistant entre "pays du Nord" dont le développement économique a été et est encore fondé sur une forte consommation des énergies "fossiles", et les "pays du Sud" dont les émissions restent faibles. Les pays développés constituent les états désignés par l’annexe I du protocole de Kyoto, en principe soumis à la réduction des émissions. Le cercle centré sur l’Europe correspond à la moyenne pour l’Europe des 27.

 

2. Émissions de CO2 par pays (en % des émissions mondiales, données 2007) 

 

La carte montre le "poids" des différents Etats ou groupes d’Etats (Europe des 27) dans le total des émissions mondiales. Elle souligne le fait que les pays "émergents", en particulier la Chine et l’Inde, représentent aujourd’hui une part très significative des émissions mondiales. La Chine a récemment dépassé les Etats-Unis et les émissions de l’Inde égalent aujourd’hui celles de la Russie. Les négociations qui débutent pour "l’après-Kyoto" ne peuvent ignorer ces poids lourds dont les émissions sont en rapport avec leur démographie et leur croissance économique actuelle.

 

3. Tendances (évolution) des émissions 2005-2007 (en %/an)

 

Le fait majeur est ici l’augmentation rapide des émissions de CO2 par les pays émergents, au premier desquels la Chine, tandis que les pays développés présentent soit des augmentations relativement modérées (Etats-Unis, Australie, Espagne), soit une stabilisation ou une légère diminution des émissions (la majorité des états européens). NB : le calcul des tendances sur deux ans peut entraîner des situations inattendues (effet de la conjoncture) pour certains pays. Faute de données complètes, les valeurs représentées pour l’Afrique et l’Amérique centrale sont des valeurs moyennes pour le continent.

 

4. Indice de Développement Humain et émissions de CO2 (2005) 

 

Le graphique, qui croise les données de l’Indice de Développement Humain et les émissions de gaz à effet de serre par pays (données 2005) exprime le défi que représente l’objectif du Développement Durable, qui devrait concilier un niveau d’émissions de gaz à effet de serre compatible avec la stabilisation à terme des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère planétaire, et une réduction des inégalités du Développement à l’échelle mondiale. La stabilisation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère exige des pays développés une réduction des consommations de carburants fossiles considérables : d’un facteur 3 à 4 pour la France, d’un facteur 10 pour les Etats-Unis. A l’inverse, l’accession à un niveau de développement satisfaisant pour la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne est-elle possible sans une augmentation des consommations d’énergie ? A noter que la Chine a déja dépassé le niveau d’émissions par habitant souhaitable pour limiter le changement climatique. Les données de l’Indice du Développement Humain sont celles de la CNUCED http://www.unctad.org/

REMARQUE IMPORTANTE : Les cartes et graphiques présentés ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source : Ecole normale supérieure, Département de Géographie. Claude Kergomard  et l’URL de cette page avec la date de consultation. Maps and graphics in this Web page are available free for teaching purposes only. For any paper or on-line publication, please quote the source, URL and date of consultation.

Cartes réalisées avec ArcGIS 9 et Adobe Illustrator. Graphique Excel.