Des politiques culturelles segmentées

Le premier enjeu est celui de la cohérence de l’action menée, compte tenu de la divergence des politiques culturelles menées jusque lors par les différents pôles régionaux. Ainsi, Aix s’est construite comme une ville culturelle bourgeoise regardant vers Paris, tandis que Marseille s’est centrée sur le développement de ses activités au détriment d’une partie de son arrière-pays. A une échelle plus fine, Arles s’est affirmée dans le domaine de la culture avec l’installation de l’éditeur Actes Sud et l’organisation d’un festival annuel et international de la photographie, sans grand effet d’entraînement sur les communes alentours. Ainsi, faire coopérer les différents acteurs dans un projet collectif constitue un véritable défi.