• Présentation

    Margaux Oliveau
    Voie de communication majeure en Europe de l’Ouest, traversant ou longeant six pays, jouant le rôle de frontière souvent disputée, le Rhin organise un espace densément mis en valeur. Si le fleuve est aujourd’hui une des plus grandes artères commerciales fluviales, cette vocation s’observe dès l’époque romaine, lorsqu’il sert au transport du vin, du sel, de la fourrure et de l’ambre.
    Au Moyen-âge et à la Renaissance il intervient dans le trafic transcontinental des négociants en bois, (...)

  • Deux siècles d’artificialisation

    Un bassin fluvial vaste et complexe
    Le bassin rhénan recouvre 185 000 km2. Il mesure 1250 km de long, depuis l’arc alpin, à travers le fossé d’effondrement hercynien jusqu’à la mer du Nord, où il se déverse avec un débit moyen de 2200 m3/s. Son régime fluvial est conditionné à la fois par les Alpes, qui fournissent une importante alimentation printanière, et par les hautes eaux en provenance des affluents du cours moyen, qui pallient le déficit suscité en amont par la rétention nivale. La navigation est (...)

  • Pollution, renaturation, compétitivité

    La concentration en industries et en populations fait qu’à partir des années 70 le niveau de pollution entraîne la progressive mise en œuvre de mesures contraignantes. Près de 20 millions d’hommes sont aujourd’hui dépendants du fleuve pour leur eau potable. Un certain nombre d’initiatives de « renaturation » sont mises en œuvre qui ne doivent pas occulter les objectifs de compétitivité dont le Rhin fait l’objet. Du fleuve « sinistré » à la lutte contre la pollution
    À partir des années 70 le Rhin est (...)