• Présentation

    Compte-rendu réalisé par Brice Auvet, Nelly Leblond, Florence Wenzek et Delphine Froment
    Débouché d’un fleuve de plus de 1000 km, ce qui en fait d’ailleurs le plus long de France, parcours terminal de la Loire allant de Nantes à l’océan Atlantique sur quelques 60 km et réunissant 22 communes en plus de Nantes et Saint-Nazaire, l’estuaire de la Loire est un espace où les eaux marines rencontrent les eaux douces du fleuve. C’est de fait un espace favorable à la vie végétale et animale, du fait de (...)

  • Un espace naturel profondément anthropisé

    En opposition avec l’image de la Loire « fleuve sauvage », l’estuaire a fait l’objet de très nombreux aménagements qui ont conduit à une transformation en profondeur de son fonctionnement hydrologique, économique, et culturel, ainsi qu’à de nouvelles perspectives de mise en valeur. Physiographie de l’estuaire de la Loire
    L’estuaire correspond à la partie terminale de la Loire. D’une largeur de 300 mètres juste après l’île de Nantes, elle atteint sa largeur maximale de 3000 mètres à l’aval du resserrement (...)

  • Appropriations multiples d’un espace entre terre et mer

    Le territoire « estuaire de la Loire » est le produit d’une longue construction historique, fortement liée à la physiographie du lieu. La nature entre terre et mer de l’estuaire semble essentielle pour comprendre les appropriations qui le structurent : entre océan et royaume de France, puis territoire national, il héberge des activités portuaires et industrielles ; entre terre et eau, il soutien des activités de pâture et de pêche ; bordant la Loire, il est jalonné de sites touristiques et de zones (...)

  • La construction d’une identité estuarienne

    À l’heure des projets d’aménagement et de protection à l’échelle de l’estuaire, s’est posée la question de l’identité estuarienne. Si l’estuaire est un espace géographique cohérent, existe-t-il comme territoire vécu, actif dans les représentations de la population ? Une identité estuarienne problématique
    L‘estuaire apparaît d’abord comme un espace fragmenté, avec une rive nord et une rive sud peu en contact. Le fleuve, s’il construit un territoire semblable sur ses deux rives, est aussi un obstacle, (...)