• Introduction

    Dans les projets urbains lillois, les transports sont investis d’une mission de mise en cohérence de l’aire métropolitaine. Porteurs de cette ambition, ils sont aussi des révélateurs des tensions et des limites de la métropolisation lilloise. La politique des transports révèle les défis liés à la cohésion d’un développement urbain polycentrique, à la rupture introduite par la frontière internationale, à la dépendance automobile accrue par la périurbanisation et au développement encore timide de (...)

  • Souder la conurbation par les transports

    Lille est une des cinq métropoles françaises à être équipée au moins d’un métro et d’un tramway en complément des lignes de bus classiques.
    Inauguré en 1909, le tramway est historiquement le mode de transport lourd le plus ancien de la conurbation lilloise. Depuis le début du XXe siècle, il assure la liaison entre Lille, Roubaix et Tourcoing. De 1991 à 1994, le réseau a subi d’importants travaux de modernisation. L’objectif était de le rendre plus attractif, mais aussi d’améliorer sa complémentarité avec (...)

  • Du Grand Boulevard aux autoroutes : quel contrôle de l’urbanisation ?

    Depuis une trentaine d’années, un important réseau de transports s’est développé qui fait aujourd’hui de Lille un carrefour européen, particulièrement pour le transport routier. Lille dispose d’une ceinture périphérique et d’un réseau relativement dense de voies rapides.
    Le territoire de la communauté urbaine est desservi par un réseau viaire, routier et autoroutier de plus de 4000 kilomètres. Il est ainsi traversé par cinq autoroutes : l’A1, en direction d’Arras et Paris, l’A25 vers Dunkerque, l’A22 vers (...)

  • La fabrique de la trans-frontaliarité

    Singularité remarquable pour une ville française d’une telle importance, une frontière internationale traverse l’agglomération lilloise. Cette particularité ne manque pas d’avoir des répercussions sur la politique des transports de la métropole.
    Malgré la continuité du bâti, les moyens de transports transfrontaliers ont été difficiles à mettre en place, pour des raisons plus administratives et juridiques que politiques. Mais les réseaux transfrontaliers de Lille sont désormais cités en exemple. (...)

  • La lente affirmation des mobilités douces

    Dans le contexte de développement de la métropole lilloise, les mobilités douces font l’objet d’une attention accrue de la part des instances de l’aire métropolitaine. Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique durable de déplacements, répondant notamment aux attentes d’amélioration du cadre de vie des habitants.
    Dès la mise en place du premier Plan de Déplacement Urbain (PDU) de Lille Métropole, en 2000, un des objectifs était de réduire l’usage de l’automobile au profit, entre (...)